Le Parlement européen vote l'interdiction de la pêche électrique

OCEANS La pêche électrique consiste à envoyer des pulsations électriques qui étourdissent les poissons vivants enfouis dans les fonds marins pour mieux les capturer. Il était question d’élargir cette pratique mardi midi. Les Eurodéputés en ont décidé autrement…

Nicolas Raffin

— 

Le port de Leachi Eagat dans le Finistère (Illustration).
Le port de Leachi Eagat dans le Finistère (Illustration). — COLLIOT BRUNO/SIPA

Ce mardi midi, le Parlement européen s’est prononcé à 402 voix contre 232 pour l’interdiction totale et définitive de la pêche électrique en Europe.

Cette méthode de pêche, très controversée, consiste à envoyer des pulsations électriques qui étourdissent les poissons vivants enfouis dans les fonds marins pour mieux les capturer. La technique, très prisée des Néerlandais, a quelques atouts, y compris écologique puisqu’elle permet aux navires de moins remuer les fonds marins et de moins consommer de carburants. Mais les pêcheurs français constatent aussi des impacts néfastes des courants électriques sur les espèces marines non pêchées par les chaluts électriques.

« Une pêche pas du tout sélective »

« Cette pêche n’est pas du tout sélective, expliquait à 20 Minutes Hubert Carré, directeur général du Comité national des pêches maritimes. Les courants paralysent autant les soles et les plies que les autres espèces marines à proximité. Quelle est l’incidence sur les raies, les requins, les crustacés, les cabillauds ? »
Sur Twitter, à la sortie de la session parlementaire, l’eurodéputé altermondialiste José Bové souligne sur une « belle victoire ». "On est sur une interdiction totale, sans aucune dérogation, précise à 20 Minutes Frédéric Le Manach, directeur scientifique de l'ONG Bloom, partie en croisade contre cette méthode de pêche. On retourne à l’interdiction de 1998 lorsque déjà l’Union européenne avait interdit la pêche électrique. » En 2007, sous la pression des Néerlandais, l’UE avait de nouveau autorisé la pêche électrique à titre expérimental. Seulement pour les poissons plats en mer du Nord, essentiellement la plie et la sole, et seulement pour un type de chalut, les chaluts dits à perche dont les Pays-Bas possèdent une flotte importante.

Un revirement de situation

Il y a quelques mois encore, il était plutot question d’élargir la pratique de la pêche électrique en Europe. C’était d’ailleurs la question posée ce mardi midi aux eurodéputés réunis à Strasbourg : Fallait-il rendre cette technique de pêche conventionnelle ? "Il y a trois mois, on pensait notre combat perdu d’avance, reprend Frédéric Le Manach. Nous n’avions que trente soutiens. Nous avons réussi finalement à retourner le parlement européen. C’est incroyable. »

Bloom et les autres ONG impliquées sur ce dossier se sont appuyés sur plusieurs relais médiatiques dont 200 grands chefs cuisiniers signataires mercredi dernier d’un manifeste contre la pêche électrique en Europe. Parmi ces 200 figuraient plusieurs chefs français, dont Anne-Sophie Pic, Olivier Roellinger, Hélène Darroze, Yannick Alléno…