Normandie: La Région investit 400.000 euros pour lancer sa propre monnaie

DEVISE Le viking, le normand ou encore le drakkar : la Normandie n’a pas encore choisi le nom de sa future monnaie locale…

20 Minutes avec agence

— 

La Normandie aura bientôt sa propre monnaie dématérialisée et accessible via une application mobile (illustration).
La Normandie aura bientôt sa propre monnaie dématérialisée et accessible via une application mobile (illustration). — SUPERSTOCK/SIPA

La première monnaie locale utilisable dans toute une région devrait voir le jour en Normandie au cours du premier trimestre 2018. Cette devise sera dématérialisée, électronique et accessible via une application mobile.

Quant à son nom, ce sont les habitants des cinq départements concernés (L’Eure, la Manche, le Calvados, la Seine-Maritime et l’Orne) qui choisiront. Les Normands pourraient ainsi très prochainement régler leurs achats en « viking ».

>> A lire aussi : Strasbourg: Après son 2e anniversaire, la monnaie locale du Stück veut faire péter les plafonds

400.000 euros investis

Mais comme l’indique Le Figaro, le « normand » ou le « drakkar » sont également en course. Tout comme le « rollon », le nom du premier duc de Normandie à avoir créé une monnaie à son effigie. Quelle que soit son appellation, la devise est attendue par la Région, qui a mis la main à la poche pour en assurer le développement.

« La région a alloué 400.000 euros au projet » car le projet « a du sens dans le cadre de la réunification des deux Normandie », explique ainsi Lynda Lahalle, conseillère régionale chargée de cette nouvelle monnaie. Un établissement bancaire disposant d’un fonds de 100.000 euros s’est par ailleurs engagé à garantir la valeur de la devise régionale.

>> A lire aussi : Marseille: Accusés d'avoir fabriqué 892.000 euros de faux billets

« Un moyen de valoriser la culture normande »

Hervé Morin, président de la Région, évoque « un moyen de valoriser la culture normande et de renforcer les liens entre les différents acteurs du territoire ». Car à l’instar du « stück » ou de « l'eusko », d’autres monnaies locales françaises, le « viking », si c’est le nom qui est finalement adopté, ne se substituera pas à l’euro.

Il sera utilisé à l’échelle du territoire concerné afin de « favoriser les circuits courts et le commerce de proximité », analyse le quotidien.