Airbus devra arrêter le programme A380 s’il n’y a pas de nouvelles commandes

AERONAUTIQUE Le directeur commercial d’Airbus a annoncé que le programme A380 pourrait être stoppé sans nouvelles commandes, en particulier de la compagnie Emirates…

B.C.
— 
Dominique Perben à Toulouse Blagnac. Vol en A380 avec ses homologues malyasien, espagnol et anglais et Louis gallois, pdg Airbus.


Deux avions A380 sur le site d'assemblage de Toulouse.
Dominique Perben à Toulouse Blagnac. Vol en A380 avec ses homologues malyasien, espagnol et anglais et Louis gallois, pdg Airbus. Deux avions A380 sur le site d'assemblage de Toulouse. — Alexandre GELEBART/REA

Cela fait plusieurs mois que le super-jumbo d’Airbus a du plomb dans l’aile. Avec zéro commande au compteur en 2017 pour la deuxième année consécutive, l'A380 est en grandes difficultés.

Lors de la présentation des chiffres de l’avionneur européen, ce lundi, son directeur commercial n’a pas caché que sans nouvelles commandes, la direction n’aurait pas « pas d’autre choix que d’arrêter le programme ».

En particulier si la compagnie Emirates, principale cliente de l’A380, n’achète pas à nouveau des super-jumbos. « Nous sommes toujours en discussion avec Emirates mais honnêtement ils sont probablement les seuls à être en mesure sur le marché de prendre un minimum de six A380 par an sur une période huit à dix ans », a indiqué John Leahy, le super-commercial d'Airbus. 

Pour continuer à maintenir la ligne de production, les cadences vont être encore réduites cette année. Si 15 A380 sont sortis des usines Lagardère de Blagnac l'an dernier, il ne devrait y en avoir plus que douze cette année et six en 2009.

Fabrice Bregier, le numéro 2 d'Airbus encore pour quelques jours, espère de son côté que la Chine sera une des clés et le futur marché pour l'A380.