Contrôle plus strict des chômeurs: Emmanuel Macron estime qu’il n’y a «rien de choquant»

EMPLOI Le président a précisé qu’il n’accepterait « aucun discours qui consisterait à réduire les femmes et hommes au chômage à des gens qui frauderaient » tout en soulignant qu’il fallait « des règles »…

20 Minutes avec AFP

— 

Le président de la République Emmanuel Macron a rendu hommage le 23 décembre 2017 dans un communiqué au travail du Tribunal pénal international pour l'ex-Yougoslavie.
Le président de la République Emmanuel Macron a rendu hommage le 23 décembre 2017 dans un communiqué au travail du Tribunal pénal international pour l'ex-Yougoslavie. — Christophe Archambault/AP/SIPA

Emmanuel Macron a estimé ce mercredi, depuis Bagnères-de-Bigorre (Hautes-Pyrénées) où il passe quelques jours de vacances, que le contrôle des chômeurs était « normal » et ne présentait « rien de choquant ».

>> A lire aussi : Assurance chômage: Le gouvernement souhaiterait durcir le contrôle des chômeurs

« Il y a une indemnisation, mais il faut s’assurer que chacun recherche l’emploi qui peut être offert et que quand un emploi correspond à ses compétences il le prend. C’est normal, il n’y a rien de choquant, c’est ce que font tous les pays qui nous entourent, je crois qu’il y a un fort consensus autour de ça », a ajouté le président sur LCI.

« Ne pas poursuivre chacun ou mettre de la suspicion derrière chacun »

Pour rappel, l’exécutif envisagerait de durcir certaines sanctions vis-à-vis des chômeurs ne recherchant pas assez activement un emploi dans le cadre de la future réforme de l’assurance chômage. Des projets dénoncés par la gauche et le FN.

De son côté, Emmanuel Macron a estimé qu’il fallait « de la rigueur » et que « mettre des règles ne voulait pas dire qu’on allait poursuivre chacun ou mettre de la suspicion derrière chacun ». « Les gens au chômage sont les premiers à subir » mais « les quelques-uns qui abusent des règles, il est normal qu’ils soient contrôlés », a précisé le chef de l’Etat.

>> A lire aussi : Pour mieux contrôler les demandeurs d'emploi, Gattaz évoque «un contrôle journalier»

29.500 demandeurs d’emploi en moins en novembre

Et d’insister : « Il ne faut tomber dans aucun raccourci. Je n’accepte aucun discours qui consiste à réduire les femmes et hommes au chômage à des gens qui frauderaient, ce n’est pas vrai. Mais il faut des règles. »

Le nombre de chômeurs inscrits à Pôle emploi a baissé de 0,8% en novembre (- 29.500 demandeurs d'emploi), pour s’établir à 3,45 millions de personnes en Métropole, soit son plus bas niveau depuis trois ans. Selon ces chiffres publiés ce mercredi par le ministère du Travail, l’indicateur redescend ainsi à un niveau proche de celui d’octobre 2014.