France: L'Insee relève de 0,5% à 0,6% son estimation de croissance au troisième trimestre

ECONOMIE La consommation des ménages et l’investissement en hausse ont poussé l’Insee à revoir ses estimations…

A.B. avec AFP

— 

Insee, illustration
Insee, illustration — THOMAS SAMSON / AFP

L’Insee a révisé vendredi à la hausse son estimation de croissance​ pour le troisième trimestre, de 0,5 % à 0,6 %, une progression tirée par la consommation des ménages et l’investissement. L’institut statistique avait déjà relevé mardi sa prévision de croissance pour le quatrième trimestre, de 0,1 point à 0,6 %, ainsi que pour l’ensemble de 2017. Il table désormais sur une hausse du produit intérieur brut (PIB) de 1,9 % cette année, une prévision plus optimiste que celle du gouvernement (1,8 %) et d’autres institutions internationales.

La consommation des ménages en hausse, mais un pouvoir d’achat qui ralentit

Dans le détail, les dépenses de consommation des ménages ont accéléré entre juillet et septembre de 0,6 %, après avoir augmenté de 0,3 % au trimestre précédent, tirées par les dépenses en énergie et en biens fabriqués, selon le communiqué de l’organisme public.

>> A lire aussi : Une croissance jamais vue depuis 2011: L'Insee relève ses prévisions pour la France à 1,9%

Les investissements restent soutenus, progressant de 0,9 % après une hausse de 1,1 % sur les trois mois précédents. Ceux des entreprises augmentent de 1,1 %, tout comme ceux des ménages. Le pouvoir d’achat des ménages ralentit, progressant de 0,5 %, contre 0,8 % le trimestre précédent.

Le commerce extérieur, le talon d’Achille de l’économie française

La masse salariale perçue par ces derniers « demeure dynamique » (+0,7 %), indique l’Insee. « Dans le secteur privé, l’emploi décélère légèrement tandis que le salaire moyen par tête accélère un peu, avec l’inflation », ajoute l’institut. Les prestations sociales en espèces accélèrent (+0,5 % après +0,3 %).

>> A lire aussi : Croissance: La reprise de l’économie française se confirme au 2e trimestre

« Les indemnités d’assurance dommages reçues augmentent fortement ce trimestre, à la suite des dégâts causés par les ouragans Irma et Maria dans les Antilles », souligne l’Insee. De son côté, le taux de marge des entreprises reste stable à 31,7 %, les salaires réels progressant au même rythme que la productivité du travail, selon cette source.

Enfin, le commerce extérieur, considéré par les économistes comme le talon d’Achille de l’économie française, avec un déficit de 48,1 milliards d’euros l’an dernier, a en revanche de nouveau pesé sur l’activité, à hauteur de 0,6 point de PIB.