Les places boursières mondiales dans la tourmente

ECONOMIE La liquidation imminente d'un fonds de Carlyle aggrave la conjoncture…

Ch. L avec agences

— 

La croissance britannique a retrouvé au deuxième trimestre son meilleur niveau depuis deux ans, confirmant l'amélioration générale de l'économie, grâce en particulier à la bonne santé des services et à un important "effet Coupe du monde" sur la consommation.
La croissance britannique a retrouvé au deuxième trimestre son meilleur niveau depuis deux ans, confirmant l'amélioration générale de l'économie, grâce en particulier à la bonne santé des services et à un important "effet Coupe du monde" sur la consommation. — Ben Stansall AFP/Archives

La Bourse de Paris est en chute ce jeudi. A la mi-journée, le CAC 40 avait perdu 2,53%. L'indice parisien a cédé 118,84 points à 4578,26 points, ce qui le place à son niveau de novembre 2005, mais aussi de juillet 1999. Londres a abandonné 1,90%, Francfort 2,41% et l'Eurostoxx 2,31%.

Après les Bourses asiatiques, dans le rouge à la fermeture, les places européennes avaient ouvert à la baisse jeudi, victimes des mauvaises nouvelles qui s'accumulent sur le front financier, avec le dollar en baisse inexorable, le pétrole qui ne cesse de battre ses records et la liquidation imminente d'un fonds de Carlyle.
Le Footsie-100 de la Bourse de Londres a cédé 99,8 points dès l'ouverture (-1,73%), à 5.676,60 points, pendant que l'indice Dax de Francfort a ouvert en baisse de 1,06% à 6.529,62 points.

L'indice Hang Seng de la Bourse de Hong Kong a clôturé jeudi en chute libre (-4,79%) à 22.301,64 points, dans le sillage de Tokyo et de Shanghai, à peine moins touchées.

17 milliards de dollars de dette


«Les ventes ont touché les banques, les sociétés immobilières et les compagnies exportatrices. Personne ne veut acheter», a commenté Kazuhiro Takahashi, chef du service actions chez Daiwa Securities SMBC, selon qui la dégringolade du dollar effraie les investisseurs.

Autre facteur de remous: la liquidation imminente de Carlyle Capital Corporation (CCC), un fonds d'investissement de l'américain Carlyle, qui a annoncé jeudi être dans l'incapacité de trouver un accord avec ses créanciers, qui vont par conséquent prendre possession de tous ses actifs restants après la liquidation d'une dette de 17 milliards de dollars.

«C'est un nouveau symptôme d'une crise financière qui dure, et où certains s'enlisent», a commenté un vendeur d'actions à Paris, interrogé par l'AFP.

Mouvement à la baisse des bourses européennes


«Quand vous avez de très grands professionnels qui sont touchés alors qu'ils avaient accumulé les succès depuis quelques années, cela fait peur. Bear Sterns est apparemment en difficulté aussi. Je suis très circonspect sur la suite des événements», a ajouté cet analyste.

Sur les autres places boursières européennes, le mouvement était également à la baisse jeudi matin: vers 09h15, Milan perdait 2,29%, Madrilène 1,79%, Amsterdam 1,91% et le SMI suisse abandonnait 1,34%.

Le CAC 40 en direct