Bitcoins: Bercy rappelle aux investisseurs que les plus-values sont taxées

PLACEMENT Le ministre des Comptes publics, Gérald Darmanin, a fait une piqûre de rappel ce mardi sur l’imposition des transactions en bitcoins en France…

20 Minutes avec AFP

— 

Des Bitcoins stockés dans des pièces.
Des Bitcoins stockés dans des pièces. — George Frey Getty Images

Avis aux amateurs de placements à hauts risques et aux promesses de plus-values mirobolantes : alors que le cours de la monnaie virtuelle bitcoin s’envole, le ministère français de l’Economie a fait une petite mise au point ce mardi : « Il faut rappeler que s’il y avait plus-value, l’administration fiscale -c’est l’instruction que je lui ai donnée- regarderait ça. Si cette déclaration n’était pas faite, il y aurait une intervention de l’administration fiscale », a souligné ce mardi  le ministre des Comptes publics, Gérald Darmanin.

>> A lire aussi : A la Maison du Bitcoin, «depuis septembre, ça ne désemplit pas»

« Vous devez les déclarer et, à ce titre vous êtes taxé »

« Concrètement, cela veut dire que quelqu’un qui ferait des plus-values, comme vous en faites sur votre assurance-vie ou sur la vente d’un bien immobilier, vous devez les déclarer et, à ce titre vous êtes taxé », a dit le ministre, à l’occasion de la présentation du rapport annuel du service chargé de la lutte contre le blanchiment d’argent et contre le financement du terrorisme (Tracfin).

« S’il y a plus-value, il doit y avoir une déclaration de ces revenus et ces revenus​ seraient évidemment taxés. S’ils ne l’étaient pas, le redressement fiscal serait évidemment à la hauteur de la fraude », a-t-il dit.

Inquiétude et surveillance

Le ministre a précisé que l’Etat surveillait l’utilisation du bitcoin et des autres monnaies virtuelles afin qu’elles ne soient « pas perverties » pour servir « à des financements de crime organisé, de terrorisme ou de blanchiment ».

La valeur du bitcoin a été multipliée par 15 depuis le début de l'année, qu’il avait commencée autour de 1.000 dollars, suscitant l’inquiétude des autorités financières et la surprise des analystes de marché.