La compagnie low-cost Level proposera bientôt des vols pour New York depuis Orly à 129 euros

TRANSPORT Cette filiale d’IAG proposera aussi des vols à 99 euros l’aller simple pour Montréal, Fort-de-France et Pointe-à-Pitre…

20 Minutes avec agence

— 

Un Boeing 737 se prépare à atterrir à l'aéroport de Paris-Orly (illustration).
Un Boeing 737 se prépare à atterrir à l'aéroport de Paris-Orly (illustration). — Ibo / Sipa

Bonne nouvelle pour les voyageurs qui tiennent à leur porte-monnaie : la compagnie Level vient d’annoncer son implantation à Orly. La filiale low-cost d’IAG, maison mère de British Airways et d’Iberia, assure qu’elle proposera des prix imbattables sur les vols longs courriers dès l’été 2018, rapportent Les Echos.

Un aller simple à destination de New York coûtera ainsi 129 euros.

Entre 30 et 50 % moins cher

Mais ce n’est pas tout, la compagnie annonce aussi des allers simples à 99 euros pour Montréal, Fort-de-France et Pointe-à-Pitre.

Ces tarifs ne seront pas forcément ceux que le voyageur paiera puisqu’il s’agit de prix d’appel. Bagages, boissons, repas et autres ne sont pas compris et il faudra évidemment ajouter le tarif du voyage retour. Selon Les Echos, le montant total restera cependant bien plus avantageux qu’avec les compagnies classiques, entre 30 et 50 % mois cher.

>> A lire aussi : Des TGV low-cost Ouigo partiront de Montparnasse dès décembre

Un succès à Barcelone

Les passagers pourront monter à bord de l’un des deux Airbus A330-200, qui contiendront 21 sièges en classe premium et 293 en économique. Autre atout de taille : la compagnie pourra s’appuyer sur la forte présence de Vueling, la filiale low-cost moyen-courrier d’IAG, « dont les 17 lignes sur Orly fourniront du trafic additionnel en correspondance », explique Les Echos.

Déjà présente depuis juin 2017 à Barcelone, Level semble avoir trouvé son marché. « Le succès de Level à Barcelone a non seulement dépassé nos prévisions en termes de taux de remplissage et de prix moyen, mais, de plus, il n’a pas cannibalisé le trafic d’Iberia, comme on pouvait le craindre », a confié Willie Walsh, le PDG d’IAG.