Les ultra-riches français toujours aussi nombreux en Suisse (et encore plus riches!)

CLASSEMENT Le magazine helvète «Bilan» publie ce vendredi son classement annuel des 300 plus riches de Suisse...

C.P.

— 

Illustrations d'un franc suisse et d'un euro.
Illustrations d'un franc suisse et d'un euro. — Alexandre Gelebart/SIPA

La Suisse, son chocolat, ses montagnes… et ses milliardaires ! Pas de doute, la très avantageuse fiscalité helvétique continue d’attirer les grandes fortunes françaises :  selon le dernier classement annuel de la revue Bilan, 54 ultra-riches français (dont la fortune nette dépasse 100 millions de francs suisses, soit 86 millions d’euros) résidaient dans le pays en 2017, un chiffre stable par rapport à 2017.

>> A lire aussi : Les Suisses rejettent un durcissement de l'impôt sur les successions

Trois entrants et trois sortants

Dans le détail, la liste des Français les plus fortunés expatriés en Suisse varie toutefois un peu. Comme le rapporte Europe 1, trois nouveaux noms font leur entrée dans le classement 2017 : la famille Baud (groupe Franprix), dont le patrimoine est estimé entre 257 à 343 millions d’euros ; la famille Leven (eaux Perrier) avec une fortune estimée entre 171 à 257 millions d’euros ; et Patrick Degorce (gérant d’un hedge fund auparavant expatrié en Grande-Bretagne) au patrimoine estimé 86 à 171 millions d’euros.

Du côté des sortants, outre le départ de Jean-Pierre Valentini (spécialiste du négoce des matières premières) pour les Émirats arabes unis, Bilan a pris acte du léger recul de la fortune de l’ex-patron de Cartier Alain Dominique Perrin (70 et 95 millions de francs suisses) et de la dissolution de la fortune de la famille Defforey et Fournier (fondateurs en 1959 des supermarchés Carrefour) « entre les nombreux descendants disséminés à travers le monde ».

>> A lire aussi : Chez SFR, moins de salariés, moins de clients... mais plus de plaintes

Une hausse de 12 % sur un an

Toutefois, pas d’inquiétude à avoir, les ultra-riches français se portent très bien : bien à l’abri des taxes en Suisse, leur fortune globale a augmenté en 2017 de 12 % à 81,3 milliards de CHF (70 milliards d’euros), à la faveur « de la hausse de l’euro face à la monnaie helvétique et de la formidable croissance des marchés financiers », explique Bilan.

Dans le top 3 des plus grosses fortunes françaises expatriées en Suisse, on compte désormais la famille Castel qui a fait fortune dans les vins, bières et eaux en bouteille (10 à 11 milliards d’euros) ; la famille Gérard Wertheimer, actionnaire de Chanel, (9,5 à 10 milliards d’euros) ; Patrick Drahi, PDG d’Altice relégué au 3e rang : «   actuellement en difficulté avec la chute de plus de 40% du cours de l’action, [il] voit sa fortune personnelle amputée de deux milliards sur un an (-25 %). La plus forte baisse du classement ».