Marignane le 8 janvier 2013 - L' aéroport Marseille Provence
Marignane le 8 janvier 2013 - L' aéroport Marseille Provence — P.MAGNIEN / 20 MINUTES

TRANSPORT

VIDEO. Paca: Dans le match des aéroports, Marseille fait 250 millions de travaux pour doubler Nice

L’aéroport de Marseille Provence prévoit différents travaux, afin d’accompagner son développement et faire face à la concurrence…

  • Avec ses travaux de rénovation, l’aéroport Marseille-Provence pourrait être en mesure d’accueillir entre 12 et 16 millions de voyageurs en 2027.
  • L’aéroport ambitionne d’accueillir des A380 mais aussi développer son trafic low-cost.

Petit à petit, l'aéroport Marseille-Provence fait peau neuve, en engageant d’importants travaux de rénovation et d’agrandissement. Ainsi, ce mercredi a été dévoilé le projet d’extension du terminal 1. D’une surface de 20.000 m², ce « cœur d’aéroport » relie les halls A et B du terminal et permet de centraliser différents services, comme le contrôle de sûreté. Le tout pour un coût de 250 millions d’euros.

En toile de fond de ce nouveau chantier colossal se joue un match. Un match dont les adversaires sont à des centaines de kilomètres de distance. A l’ouest, l’aéroport de Marseille-Provence, aéroport de la deuxième ville de France mais qui, pour l’heure, ne se hisse qu’à la cinquième place nationale avec ses 8,5 millions de passagers. Après ses travaux de rénovation, l’aéroport pourrait être en mesure d’accueillir entre 12 et 16 millions de voyageurs en 2027.

>> A lire aussi : Tripperty, le service qui permet de récupérer ses objets interdits en cabine

Une clientèle différente

Mais à l’est se trouve un compétiteur de taille, avec son record battu en 2016 de 12,4 millions de passagers transportés : l'aéroport de Nice-Côte d'Azur, troisième aéroport de France et premier aéroport hors région parisienne. La situation est plutôt inédite en France. Dans la majorité des régions de l’Hexagone, un aéroport s’impose largement devant des structures beaucoup plus modestes.

>> A lire aussi : Découvrez ces nouvelles destinations depuis l'aéroport de Nice

Or, en région Paca, Marseille et Nice sont deux aéroports d’une grande capacité et trustent les premières places, avec un avantage certain, du moins sur le plan statistique, pour le concurrent azuréen. L’aéroport de la préfecture des Alpes-Maritimes présente en effet quelques atouts supplémentaires sur sa voisine provençale. La clientèle est tout d’abord bien différente, comme l’analyse Pierre Régis, président du directoire Aéroport Marseille-Provence. « Ce n’est pas la même catégorie, explique-t-il. Le marché de Nice est extrêmement attractif. Avec la Côte d’Azur à côté, cela attire une clientèle qui dépense sans compter. »

Petits et gros calibres

Ainsi, contrairement à Marseille, Nice fait partie depuis juillet dernier des destinations mondiales capables d’accueillir un A380, reliant la ville quotidiennement à Dubaï, alors qu’aucune liaison n’existe pour l’heure entre la deuxième ville de France et le Moyen-Orient. Avec sa nouvelle jetée d’embarquement en 2027 qui permet de recevoir de plus gros avions, l’aéroport Marseille-Provence espère faire son entrée dans ce marché, et ainsi attirer certaines compagnies étrangères à la clientèle aisée, soucieuses de la qualité de service offerte.

« Nous souhaitons améliorer l’expérience passager, et cela peut être une condition de la venue de ces compagnies », explique Julien Boullay, directeur marketing et commercial. L’extension du terminal 1 prévoit ainsi un salon VIP avec restaurant et terrasse avec vue sur les pistes, ainsi qu’une surface réservée aux commerces beaucoup plus importante.

Low-cost et desserte

Dans cette refondation, l’aéroport Marseille-Provence mise également sur le low-cost pour faire face à la concurrence, avec notamment un agrandissement du terminal MP2 réservé à ce type de compagnies. Avec 32 % du trafic aérien français selon la direction, le low-cost est devenu ces dernières années un pilier de croissance pour les aéroports de l’Hexagone. A Marseille, cette part oscille entre 28 et 33 %, selon les statistiques de la direction générale de l’aviation civile ou les estimations d’Aéroport Marseille-Provence. A Nice, en revanche, le trafic aérien de Nice est composé à 40 % de low-cost en 2016.

Enfin, l’aéroport Marseille-Provence réfléchit à une meilleure desserte. Alors que des travaux sont en cours à Nice pour relier l'aéroport au réseau de tramways de la ville, Pierre Régis a annoncé le projet de l’aéroport marseillais de construire une enjambée au-dessus de la rocade permettant de relier directement en bus la gare de Vitrolles-Aéroport aux terminaux sans subir les embouteillages, fréquents dans le secteur.