A quoi ressemble le Français «moyen»? L’Insee dresse son portrait

DEMOGRAPHIE La catégorie reste très hétérogène...

Nicolas Raffin

— 

Strasbourg le 18 septembre 2014. Des rues commerçantes dans Strasbourg. Illustrations
Strasbourg le 18 septembre 2014. Des rues commerçantes dans Strasbourg. Illustrations — G. Varela / 20 Minutes
  • La « classe moyenne » est une notion difficile à définir.
  • Selon l’Insee, 11,6 millions de personnes font partie de la classe « médiane » en termes de niveau de vie.
  • Les personnes appartenant à cette catégorie sont proches des ménages « modestes » en termes de diplôme ou de vision de l’avenir.

Qui fait partie de la classe moyenne ? La question n’est pas neutre, car ces « classes moyennes » ou encore « le Français moyen » sont des termes utilisés par les politiques, souvent pour dénoncer une situation dont cette catégorie serait victime. Dernier exemple en date : fin octobre, LR a protesté contre le budget 2018 en parlant d’un «sacrifice des classes moyennes ».

Pour y voir un peu plus clair, l’Insee publie ce mardi une étude sur ces Français « du milieu » (voir graphique ci-dessous). Il s’agit des ménages dont le niveau de vie se situe autour de la « médiane », qui sépare les Français en deux groupes égaux suivant leur revenu.

Cette catégorie a un niveau de vie plus élevé que les ménages « modestes » (moins de 1510 euros nets par mois, après impôt et versement des prestations) mais se situe en dessous des ménages « plutôt aisés » (plus de 1850 euros nets par mois).

Les différents niveaux de vie permettent d'identifier plusieurs catégories de population.
Les différents niveaux de vie permettent d'identifier plusieurs catégories de population. - Insee, portrait social 2017

Au final, près de 11,6 millions de personnes en font partie. Ce nombre est beaucoup moins élevé que dans d’autres définitions de la « classe moyenne », qui englobent jusqu’à deux Français sur trois.

Pas tout à fait riche…

Qui retrouve-t-on dans cette population ? Il s’agit surtout de familles « traditionnelles », avec un ou deux enfants (37 % des ménages), ou de couples de plus de 50 ans dont les enfants ont quitté le domicile.

Les gens qui la composent ont un niveau de diplôme plus faible que la moyenne : seulement 10 % possèdent un diplôme supérieur à Bac + 2. « Sous certains aspects, les personnes vivant dans un ménage médian sont proches des personnes modestes, voire pauvres, et éloignées des personnes à niveau de vie supérieur » explique l’Insee.

>> Mais qui sont vraiment les classes moyennes ?

Outre le niveau d’études, les ménages médians sont aussi pessimistes sur l’avenir que les ménages les plus pauvres, et appartiennent souvent aux mêmes catégories socioprofessionnelles (ouvriers ou employés). Ils sont aussi 66 % à se déclarer en difficulté financière (voir graphique ci-dessous) : en 2014, plus d’un ménage « médian » sur cinq n’avait d’ailleurs pas les moyens de partir en vacances pendant une semaine.

Part des ménages se déclarant en difficulté financière suivant le niveau de vie.
Part des ménages se déclarant en difficulté financière suivant le niveau de vie. - France, portrait social 2017

Et pas tout à fait pauvre…

Si cette population « médiane » n’est donc pas tout à fait riche, elle n’est pas non plus tout à fait pauvre. Elle se distingue des catégories les moins aisées par un taux d’emploi plus fort ou encore par l’augmentation du taux d’accès à la propriété : plus de six ménages « médians » sur 10 sont propriétaires (62,1 %). C’est 5 points de plus qu’il y a 20 ans. Dans le même temps, les ménages « modestes » ou « pauvres » sont de plus en plus nombreux à être locataires.

De même, cette catégorie « du milieu » se distingue aussi par son niveau de patrimoine très hétérogène. Si 10 % des ménages « médians » ont un patrimoine moyen de 8000 euros, ils sont aussi 10 % à avoir un patrimoine très élevé (319.000 euros).

>> Les 5 chiffres de l'inégalité entre les Français

Une différence qui s’explique par le fait que la catégorie médiane regroupe des jeunes actifs, mais aussi des retraités, dont le patrimoine est souvent plus élevé. Preuve que beaucoup de Français peuvent avoir le sentiment d’appartenir à cette « classe moyenne ».