L'Allemand Simba choisi pour reprendre Smoby-Majorette

Avec agence

— 

La cour d'appel de Besançon a confirmé le placement en redressement judiciaire du numéro un français du jouet Smoby-Majorette, a-t-on appris vendredi de source judiciaire.
La cour d'appel de Besançon a confirmé le placement en redressement judiciaire du numéro un français du jouet Smoby-Majorette, a-t-on appris vendredi de source judiciaire. — Jeff Pachoud AFP

Le tribunal de commerce de Lons-Le-Saunier (Jura) a choisi lundi le groupe allemand Simba pour reprendre le n°1 français du jouet Smoby-Majorette, placé en redressement judiciaire en octobre.

Selon le plan de reprise présenté à la justice, le leader allemand du jouet prévoit de ne conserver que 401 emplois en France sur les 1.080 actuellement. Il n'a, en revanche, donné aucune précision pour l'emploi à l'étranger alors que le groupe Smoby-Majorette emploie 2.300 personnes dans le monde. Le tribunal a donc préféré un professionnel du jouet à la holding grenobloise Abcia, spécialisée dans la reprise d'entreprises en difficulté, suivant ainsi les réquisitions du procureur de la République.

Asphyxié par une dette de 277 millions d'euros, Smoby-Majorette, alors placé en sauvegarde, avait été repris au printemps par le fabricant de jouets américain MGA Entertainment pour un euro symbolique. Mais le tribunal de commerce de Lons-le-Saunier, estimant que l'Américain n'avait pas tenu ses engagements, avait placé le groupe en redressement judiciaire en octobre. MGA Entertainment avait indiqué le 22 février qu'il n'était pas en mesure de présenter un plan de continuation, laissant la voie libre à un démantèlement du groupe.