Gironde: L'usine Ford de Blanquefort est «jugée compétitive» mais son avenir reste flou

ÉCONOMIE Le site pourrait bientôt produire une nouvelle boîte de vitesse…

C.C. avec AFP

— 

L'entrée de l'usine Ford de Blanquefort, près de Bordeaux, le 31 juillet 2013
L'entrée de l'usine Ford de Blanquefort, près de Bordeaux, le 31 juillet 2013 — Patrick Bernard AFP

L'usine Ford de Blanquefort (Gironde), qui fabrique des boîtes de vitesse, est jugée « compétitive » par les responsables de l’entreprise, mais le marché reste « volatil » avec une baisse importante en Europe de la demande pour les véhicules diesel.

>> A lire aussi : Une annonce lâchée par Ford donne un peu d’espoir aux salariés

Production d’une nouvelle boîte de vitesse en vue

A l’issue d’une réunion avec les responsables de Ford Europe, le préfet de la Gironde, Pierre Dartout, a annoncé qu’une étude de faisabilité sur la production d’une nouvelle boîte, actuellement fabriquée dans une usine américaine, avait rendu des « conclusions positives ». « Il reste à mener une étude plus approfondie pour voir les investissements à réaliser » et si cette nouvelle production « peut se substituer à la production actuelle » du site de Blanquefort.

Le constructeur automobile américain Ford s'engage à maintenir au moins 1.000 emplois dans son usine de Blanquefort en Gironde, a annoncé son vice-président industriel pour l'Europe Jeff Wood, à l'issue d'un comité de pilotage (Copil) à la préfecture.
Le constructeur automobile américain Ford s'engage à maintenir au moins 1.000 emplois dans son usine de Blanquefort en Gironde, a annoncé son vice-président industriel pour l'Europe Jeff Wood, à l'issue d'un comité de pilotage (Copil) à la préfecture. - Boris Horvat afp.com

Ces déclarations ont été faites à l’issue d’une nouvelle réunion du comité de suivi chargé d’accompagner l’évolution du site automobile en difficulté. La réunion s’est tenue en présence du préfet, de responsables de Ford Europe, d’élus locaux, dont Alain Juppé, président de Bordeaux Métropole, et des représentants des salariés.

>> A lire aussi : Pour la préfecture, des «interrogations non levées» subsistent dans le dossier Ford

Des syndicats pas totalement rassurés

De leur côté, les syndicats s’inquiètent de la pérennité du site au-delà de 2018-2019. « La grande avancée de la dernière réunion du comité de suivi, c’était qu’ils avaient accepté une étude de faisabilité sur la boîte 8FMID qui aurait un niveau de production permettant la continuité du site. L’étude s’est avérée positive, mais ils repoussent encore l’heure de la décision. On craint qu’ils perdent du temps volontairement », a dénoncé Philippe Poutou, délégué CGT et ex-candidat à l’élection présidentielle pour le NPA.

Philippe Poutou (CGT) était au rendez-vous pour le traçage devant l'usine Ford de Blanquefort
Philippe Poutou (CGT) était au rendez-vous pour le traçage devant l'usine Ford de Blanquefort - M.Bosredon/20Minutes

Ford s’était engagé en 2013, dans un accord-cadre avec l’Etat et les collectivités locales, au maintien de 1.000 emplois sur le site pendant cinq ans, engagement conditionnant le versement d’aides publiques. Un nouveau comité de suivi doit se réunir en janvier.

>> A lire aussi : Philippe Poutou condamné pour avoir abîmé une voiture au Salon de l’Automobile