La Baule: Trois restos de la plage vont fermer leurs portes, sur décision de Veolia

TOURISME Veolia, qui a obtenu le contrat de concession de la plage de la Baule pour 12 ans, a dévoilé jeudi la liste des restaurateurs retenus...

Julie Urbach

— 

Un bar de plage à La Baule
Un bar de plage à La Baule — J. Urbach/ 20 Minutes
  • Le groupe Veolia prépare un nouveau projet pour la plage de La Baule, finalisé pour cet été.
  • La sélection des vingt établissements retenus, dévoilé ce jeudi, écarte trois restaurants actuels de la plage.

Le nouveau visage de la plage se dévoilera aux habitants et aux touristes dès cet été, mais on commence déjà à en savoir un peu plus. Moins d’un an après l’attribution à Veolia de la concession de la plage de La Baule, l’entreprise a dévoilé ce jeudi les candidats retenus pour les « lots de restauration ». Sur 30 dossiers déposés, 20 établissements ont été retenus. Et, mauvaise surprise, trois restaurants actuels seront remplacés et vont devoir fermer leurs portes : Le Nossy Be, le Calmos et le Papagayo. Les 17 autres pourront continuer leur activité, dans de nouvelles structures démontables.

Pour justifier ce choix, Veolia avance différents critères, et notamment « l’adéquation avec l’ambition d’un projet qui vise une attractivité renouvelée, tout en conservant son caractère familial ». Le groupe avance aussi le besoin d’un équilibre entre les différents types d’établissements.

Un bar de plage à La Baule
Un bar de plage à La Baule - J. Urbach/ 20 Minutes

Rappelons que Veolia était le seul candidat à la gestion de la plage. L’objectif de ce changement de main est notamment de faire appliquer le décret plage de 2006, que la municipalité (qui s’occupait jusque-là de la gestion du site) n’avait pas mis en œuvre, avançant des « lourdeurs administratives ».

>> A lire aussi : «Plage privatisée», «Coca à 8euros»... Commerçants et habitants de la Baule vent debout

Une « opacité la plus totale »

A l’annonce de ce choix, les patrons de bars et de restaurants, qui dénoncent depuis le départ une « privatisation sauvage », ont fait part de leur mécontentement. « Veolia a bien entendu pris ses décisions dans l’opacité la plus totale, sans que rien ne permette d’évaluer pourquoi ou comment les nouveaux exploitants seraient mieux-disant que nous », a réagi l’association La plage cœur de la Baule dans un communiqué.

« Quant au maire de La Baule, depuis qu’il a abandonné sa plage à une multinationale, il a été particulièrement absent pendant la prise de décision », continue l’association dont le président, Loïc Durand-Raucher, devra lui aussi baisser le rideau de son restaurant, le Papagayo. « Je suis triste pour ma mère qui a créé le Nossy Be il y a 32 ans […] Triste que les dirigeants de Veolia n’aient pas daigné me répondre hier au téléphone pour avoir un minimum d’explications », a réagi de son côté Stéphane Malhaire, le patron du Nossy Be, sur sa page Facebook.

Image 3D d'un des futurs bars de plage de la Baule
Image 3D d'un des futurs bars de plage de la Baule - Veolia

« Moins dépareillées et plus qualitatives »

En plus de cette annonce, Veolia a dévoilé de premières images augurant une architecture plus moderne du nouveau front de mer. Pour répondre aux critiques récurrentes, le groupe a garanti que le plan d’aménagement restera proche de l’existant. « Les constructions seront moins dépareillées et plus qualitatives pour les restaurateurs et les utilisateurs, qui disposeront d’équipements aux normes. »

Une quinzaine de lots relatifs aux clubs de plage et de voile doivent encore être attribués. La clôture de dépôt des dossiers a été fixée au 23 octobre. En parallèle, la réhabilitation des postes de secours, des douches et des sanitaires va bientôt commencer.

Image 3D d'un des futurs bars de plage de la Baule
Image 3D d'un des futurs bars de plage de la Baule - Veolia