L'inflation des matières premières a bon dos

CONSOMMATION Une étude de 60 millions de consommateurs sort une étude choc...

A. Le G.

— 

Infographie : l'inflation des produits de base
Infographie : l'inflation des produits de base — IDE

Selon une étude de 60 millions de consommateurs, à paraître dans le numéro de mars, la hausse du prix des matières premières ne peut, à elle seule, expliquer la flambée des tarifs des produits alimentaires les plus basiques. De novembre à janvier, beurre, yaourts, pâtes, céréales, riz et autres jambons ont vu leurs prix s'envoler de 5 % à 48 %.

Or, selon Marie-Jeanne Husset, directrice de la rédaction de 60 millions de consommateurs, «le prix du lait ne représente que le tiers du prix final du yaourt. Comment expliquer que certains yaourts aient augmenté de 40 %?» Bonne question. Car si pour les industriels, les distributeurs sont « coupables » des hausses de prix inconsidérées, ceux-ci jugent, par la voix de leur fédération (FCD), que « certaines hausses de tarifs d'industriels ne sont pas justifiées ». Alors, qui tire parti de l'envol des prix ? « La hausse des matières premières profite aux uns et aux autres », dénonce Marie-Jeanne Husset. « C'est l'éternel problème de l'évolution des tarifs entre les producteurs, les intermédiaires et les distributeurs : chacun prend sa marge », renchérit Thierry Pouche, responsable du service d'études économiques à l'Assemblée permanente des chambres d'agriculture.