Une enquête sur des transactions de Jérôme Kerviel lancée dès septembre

Avec agence

— 

Jérôme Kerviel, le trader soupçonné de falsifications qui ont coûté 4,82 milliards d'euros à la Société Générale, a une nouvelle fois été entendu mercredi pendant près de six heures par les juges chargés de cette affaire.
Jérôme Kerviel, le trader soupçonné de falsifications qui ont coûté 4,82 milliards d'euros à la Société Générale, a une nouvelle fois été entendu mercredi pendant près de six heures par les juges chargés de cette affaire. — Martin Bureau AFP/Archives

Nouveau rebondissement dans l’enquête Kerviel. La filiale de courtage de la Société Générale, la Fimat, aurait commencé à enquêter dès septembre sur les opérations effectuées par l'un de ses courtiers, selon le Financial Times de lundi. C'est ce même courtier, soupçonné d'avoir eu connaissance des agissements de Jérôme Kerviel, qui a été entendu comme témoin assisté début février.

«Un cadre de la Fimat a débuté fin septembre une enquête portant sur des transactions réalisées pour Jérôme Kerviel par un employé, après avoir été alerté par des volumes très élevés» transitant par lui, explique le quotidien.

Enquête sur au moins quatre transactions


La Fimat se serait interrogée sur des commissions versées à son courtier «pour au moins quatre transactions effectuées pour M. Kerviel sur les marchés au comptant».

L'enquête était toujours en cours lorsque l'affaire de la Société Générale a éclaté, explique le FT, soulignant toutefois que celle-ci portait sur des transactions sur les marchés au comptant alors que l'affaire révélée en janvier concernait les marchés à terme.

Jérôme Kerviel, soupçonné de falsifications qui ont coûté 4,82 milliards d'euros à la Société Générale, a passé une partie de ses ordres d'achats et de ventes via la société de courtage Fimat, devenue Newedge depuis sa fusion en janvier avec la filiale de courtage de Calyon.