Les Michelin libèrent leurs bonshommes

Angeline Benoit (Avec AFP) - ©2008 20 minutes

— 

Le week-end n'a pas été reposant chez Michelin. Ce n'est qu'hier après-midi que les deux cadres retenus depuis jeudi matin à l'usine Kléber de Toul (Meurthe-et-Moselle) ont été relâchés. Le directeur des ressources humaines et le directeur du personnel sont sortis escortés par la directrice départementale du travail de Meurthe-et-Moselle, des salariés silencieux formant une haie à leur passage. Les deux responsables ont été retenus à l'issue d'une réunion avec les organisations syndicales portant sur les mesures liées à la fermeture de l'usine en 2009. Mécontents, les ouvriers avaient décidé de ne pas les laisser repartir.

Pour débloquer la situation, Michelin a accepté de « faire évoluer le plan d'accompagnement » pour le personnel de l'usine. La fermeture, annoncée en octobre, avec la suppression des 826 emplois à la clé, est très mal supportée par les salariés au moment où l'entreprise affiche un profit en hausse de 35 %, à 774 millions d'euros. Mais le patron du fabricant français de pneumatiques, Michel Rollier, juge la décision « inéluctable », promettant seulement de « contribuer à la réindustrialisation du site » de Toul.