Impôts payés par Airbnb: La France et l’Allemagne feront une proposition commune en septembre

FISCALITÉ L’entreprise américaine est une championne de l’optimisation fiscale…

N.R. avec AFP

— 

Une annonce Airbnb. (illustration)
Une annonce Airbnb. (illustration) — Melanie Wenger / Isopix

Airbnb a-t-elle du souci à se faire ? L’entreprise américaine est dans le viseur des autorités française et allemande, notamment en raison du faible montant d’impôt qu’elle acquitte. En 2016, la firme a par exemple versé moins de 100 000 euros d’impôts en France, grâce… à son implantation en l’Irlande, une technique également utilisée par Apple.

Questionné à ce sujet mercredi après-midi à l’Assemblée nationale, Bruno Le Maire a vivement réagi : « Ce sont des dizaines de millions de chiffre d’affaires réalisées par ces plateformes du numérique et (seulement) quelques dizaines de milliers d’euros qui sont perçues par le Trésor public français », a affirmé le ministre de l’Economie, jugeant cette situation « inacceptable ».

« Chacun doit payer une juste contribution »

Pour « aller plus vite et obtenir des résultats plus rapidement », le ministre a annoncé le dépôt d’une « proposition franco-allemande au prochain conseil des ministres européens », qui aura lieu le 15 septembre à Tallin (Estonie). Selon l’entourage du ministre, il s’agit d’ajouter « un texte spécifique sur la fiscalité du numérique » à l’ordre du jour.

Cette initiative franco-allemande aura pour objectif d’obtenir « une taxation de toutes les plateformes du numérique, de tous les géants du numérique », qu’il s’agisse de Google, d’Amazon ou de Facebook, a précisé Bruno Le Maire. « Chacun doit payer une juste contribution », a-t-il affirmé.