Airbnb a payé moins de 100.000 euros d'impôts en 2016... en toute légalité

FISCALITÉ Airbnb centralise ses activités européennes en Irlande, d’où il facture les clients français...

N.R.

— 

Brian Chesky, actuel PDG et fondateur du site d'hébergement Airbnb, le 19 avril 2016 à San Francisco.Jeff Chiu/AP/SIPA
Brian Chesky, actuel PDG et fondateur du site d'hébergement Airbnb, le 19 avril 2016 à San Francisco.Jeff Chiu/AP/SIPA — Jeff Chiu/AP/SIPA
  • Le site de location entre particuliers n'aurait versé que 92.944 euros d’impôts en 2016.
  • Comme Apple et Google, Airbnb est passé maître dans l'art de l'optimisation fiscale.

La plateforme de location entre particuliers Airbnb est très à l’aise pour réduire sa facture envers le fisc français. Selon Le Parisien, le site n’a versé que 92.944 euros d’impôts en 2016 (hors taxes de séjour reversées aux villes comme Paris). Pourtant, note le quotidien, « la France, avec plus de 400.000 annonces de logements cette année, représente le deuxième marché [d’Airbnb], derrière les Etats-Unis ».

Comment expliquer un tel décalage entre une activité florissante et une taxation aussi faible ? Grâce à l’optimisation fiscale. A l’instar de Google et autre Apple qui ont élaboré des montages financiers, Airbnb centralise ses activités européennes en Irlande, d’où il facture les clients français. Cette pratique parfaitement légale lui permet d’échapper quasiment à l’imposition française et de bénéficier d’un taux réduit d’impôt sur les sociétés en Irlande (12,5 %).

>> Lire aussi : Google, Amazon, Facebook, Apple sont-ils intouchables?

Dans sa réponse au Parisien, le site américain affirme que les loueurs « conservent jusqu’à 97 % du prix qu’ils facturent pour louer leur logement (...) la grande majorité des revenus générés par la plate-forme Airbnb revient aux hôtes et est assujettie à la taxe locale ». En Europe, plusieurs associations se battent depuis des années pour changer ces pratiques fiscales, sans succès pour l’instant.