Gérald Darmanin annonce que l'Etat va économiser 4,5 milliards d'euros en 2017 sur son seul budget

ECONOMIE La France va réaliser 4,5 milliards d'euros d'économies en 2017, afin de contenir son déficit public sous les 3% du PIB...

20 Minutes avec AFP

— 

Gerald Darmanin,  ministre de l'Action et des Comptes publics, le 17 mai 2017.
Gerald Darmanin, ministre de l'Action et des Comptes publics, le 17 mai 2017. — SIPA

Le plan Darmanin. Dans une interview au Parisien, le ministre des Comptes publics détaille ses mesures et actions pour économiser les 4,5 milliards d’euros demandés par la Cour des comptes pour ne pas dépasser les 3 % du déficit public en 2017. Et ce, sans diminuer les effectifs de fonctionnaires ou les minimas sociaux, assure-t-il.

>> A lire aussi : Suppression de la taxe d’habitation: Une mesure supportable pour les finances publiques?

Sans augmentation des impôts

« Nous avons trouvé 4,5 milliards d’euros d’économies (…) sur le seul budget de l’Etat. Ni les collectivités locales, ni la Sécurité sociale, ne seront mises à contribution », explique-t-il en confirmant aussi l’engagement du Premier ministre, Edouard Philippe, de procéder sans augmentation des impôts.

Pour parvenir à respecter les engagements européens de la France en termes de déficit, le gouvernement va rogner le train de vie des ministères, qu’il s’agisse de la gestion du parc de véhicules ou d’appels d’offres mieux négociés. « Il n’y a pas de coup de rabot global, selon la volonté du président de la République » Emmanuel Macron, souligne Gérald Darmanin.

Les ministères vont devoir se serrer la ceinture. 

Il a ensuite détaillé les économies envisagées : 60 millions d’euros pour Matignon sur ses frais de fonctionnement, 268 millions d’euros à Bercy en réduisant par exemple le coût d’un programme de numérisation, 282 millions d’euros au ministère des Affaires étrangères dont la moitié provenant d’un recul de l’aide publique au développement.

Du côté des Transports, les économies prévues atteignent 260 millions d’euros, avec un passage en revue de tous les grands projets, comme annoncé par Emmanuel Macron. Au niveau des ministères régaliens, la Défense ne verra pas son budget amputé mais elle devra respecter l’enveloppe déjà votée par le Parlement qui prévoyait une réduction des dépenses de 850 millions d’euros.

Selon Darmanin, l’Intérieur va faire 526 millions d’euros d’économies

L’Intérieur va faire 526 millions d’euros d’économies, sans toucher aux effectifs de policiers ou de gendarmes, et la Justice aura à économiser 160 millions d’euros, « essentiellement des programmations immobilières », précise Gérald Darmanin.

En ce qui concerne l’Education nationale ; aucun poste de professeur ne sera supprimé pour la rentrée scolaire mais 75 millions d’euros seront économisés, tout en tenant « l’intégralité des promesses du président de la République, notamment sur l’accompagnement des auxiliaires de vie scolaire auprès des enfants handicapés », ajoute-t-il. Enfin, la Culture sera elle aussi mise à contribution, avec 50 millions d’euros d’économies sur la gestion du ministère.

Il « faudra effectivement faire des réformes de structure »

Confirmant son annonce de la semaine passée, faite à l’occasion des « Etats généraux des comptes de la nation », le ministre des Comptes publics prévient aussi que la voilure va être réduite pour les contrats aidés d’ici la fin de l’année.

« Le précédent gouvernement en a fait 190.000 dans les cinq premiers mois, soit deux tiers de l’enveloppe prévue. Nous en ferons 110.000 dans les mois qui restent. C’est au ministère du Travail de les répartir », fait-il valoir.

>> A lire aussi : «On peut à la fois baisser les dépenses publiques et baisser les impôts pour les Français», affirme Bruno Le Maire

Anticipant les futures économies à réaliser pour tenir les 3 % de déficit public en 2018, Gérald Darmanin a prévenu mardi matin sur RTL qu’il « faudra effectivement faire des réformes de structure » l’an prochain. « La politique de formation et d’aide à l’emploi, la question du logement… Toutes les thématiques de la politique publique sont sans doute à revoir afin de moins dépenser », a-t-il insisté.