Le livret A sera-t-il bientôt taxé? C'est faux, dément Bercy ce dimanche

FISCALITE En 2016, la collecte a atteint 1,75 milliard d’euros pour le placement préféré des Français…

Laure Gamaury

— 

Photo du Livret A, le 24 août 2015 à Lille
Photo du Livret A, le 24 août 2015 à Lille — DENIS CHARLET AFP

C’est le placement préféré des Français. Le livret A pourrait bientôt être taxé, une éventualité qui n’avait encore jamais été soulevée. Le gouvernement d’Edouard Philippe songerait, d’après les informations du JDD, à taxer le livret A, détenu par 62 millions de Français en 2016. C’est faux, dément ce dimanche le ministère des Comptes publics.

Pour la popularité du gouvernement, c’est clairement une mauvaise idée, tant le livret A plaît aux Français, et particulièrement sa fiscalité avantageuse : les intérêts dudit livret sont exonérés d’impôt sur le revenu et de prélèvements sociaux, comme la CSG (Contribution sociale généralisée) ou la CRDS (Contribution pour le remboursement de la dette sociale).

Pas d'engagement du gouvernement sur le sujet

Alors que Le Journal du Dimanche assure que le gouvernement songe sérieusement à taxer le Livret A, le ministère des Comptes publics a démenti dans un communiqué. « Outre qu’aucune question n’a été posée sur ce sujet lors de l’entretien du ministre Gérald Darmanin avec le JDD, il n’a jamais été question de remettre en cause le régime social et fiscal du livret A. Le projet de loi de finances pour 2018 n’inclura donc aucune mesure en ce sens ».

Selon Bercy, « les réflexions évoquées sont conduites dans le cadre du Conseil des prélèvements obligatoires », instance de réflexion indépendante rattachée à la Cour des comptes. Or les travaux de cet organe « éclairent mais n’engagent pas le gouvernement », assure-t-on.

>> A lire aussi : Epargne: Le calcul du taux du Livret A modifié pour plus de stabilité

« Au nom de la logique économique »

Pour Emmanuel Macron et la majorité présidentielle, « au nom de la logique économique », la fiscalité du livret A devrait s’aligner sur celle des plans d’épargne logement, des plans d’épargne en actions ou des livrets d’épargne populaires, le placement pour les personnes aux revenus modestes. D’après le JDD, « le Conseil des prélèvements obligatoires rendra prochainement un rapport sur ce sujet qui servira de base aux réflexions ».

Et cette mesure si elle est adoptée, ne devrait concerner que les nouveaux contrats.

Si aujourd’hui, le livret A est à un taux historiquement bas - 0,75 % contre 7,5 % à son plus haut taux historique en 1983 ou 4 % début 2008 -, la collecte de cette épargne en 2016 a tout de même atteint 1,75 milliard d’euros, d’après la Caisse des dépôts.