Pour Bouton, la Société générale «peut rester indépendante»

HEURE PAR HEURE Nouvelle journée de rebondissements dans l'affaire Société générale. Le point, en temps réel...

— 

AFPTV
20h21: «Je suis extrêmement déterminé (...) à ce que cette affaire n'ait pas de conséquences pour nos clients et nos personnels», déclare Daniel Bouton sur France 2. «Cela fait 12 ans que les rumeurs sur l'avenir de la Société générale existent», souligne-t-il. Quelques minutes plus tard, il affirme que la banque peut rester indépendante, «puisque les capitaux sont là» et qu'elle est toujours «bénéficiaire», malgré les pertes subies.

19h21:
Le PDG de la Société générale, Daniel Bouton, «reconnaît qu'il va falloir améliorer les contrôles» sur les opérations financières de la banque, affirme Michel Origier, du syndicat SNB, à la sortie d'un comité central d'entreprise (CCE) à la Défense consacré à l'affaire Kerviel.

18h09
Une perquisition a été effectuée mercredi en fin d'après-midi au domicile parisien du frère de Jérôme Kerviel, selon l'AFP.

17h57
Jean-Martin Folz, 61 ans, est chargé de présider le comité de crise de la Société générale. Entré au conseil d'administration de la banque en mai 2007, il a été la figure du redressement de PSA Peugeot-Citroën, dont il a été PDG .

16h49
Le PDG de la banque Daniel Bouton se dit prêt à étudier une offre de rachat, indique un administrateur de la banque. Une information démentie une heure plus tard par la Société générale.

16h24 Le président de l'Autorité des marchés financiers (AMF), Michel Prada, déclare estimer que le PDG de la Société générale Daniel Bouton ainsi que les autorités de contrôle, AMF et Banque de France, ont bien agi dans la gestion de la crise.

16h04
Le gouverneur de la Banque de France, Christian Noyer, affirme lors d'une audition devant la commission des Finances du Sénat, avoir accepté le dimanche 20 janvier le «débouclage rapide et secret» des positions prises par Jérôme Kerviel. La banque a liquidé entre le lundi et le mercredi suivant l'ensemble de ces engagements, perdant au final plus de 4,8 milliards d'euros.

>> Voir aussi : Décryptage: les boulettes de la Société générale

15h54
Le Gouverneur de la Banque de France, Christian Noyer déclare que «tous les contrôles permanents au sein de la Société générale ne semblent pas avoir fonctionné comme ils auraient dû» lors de son audition devant la commission des finances du Sénat.


15h30
La Société générale annonce la création d'un comité spécial pour gérer la crise. Le PDG Daniel Bouton, reconduit dans ses fonctions par le conseil d'administration, n'en fait pas partie.

15h09
Le procureur de Paris, Jean-Claude Marin annonce que le parquet de Paris n'ouvre pas pour le moment d'enquête pénale pour délit d'initié dans l'affaire de de la Société générale, mais demande «officiellement» l'avis de l'AMF (Autorité des marchés financiers).

14h46 Le conseil d'administration de la Société générale maintient Daniel Bouton dans ses fonctions de PDG et «lui a renouvelé sa confiance à l'unanimité».

14h35
- La Société générale annonce la création d'un comité spécial de trois personnes pour gérer la crise. Le PDG de la banque, Daniel Bouton, n'en fera pas partie.

13h33 -
Elisabeth Meyer, l'un des deux avocats de Jérôme Kerviel, met en cause le «contrôle» et l'«organisation» de la banque, dans une interview à France Info. Elle souligne par ailleurs que le trader «ressent très mal ce battage médiatique».

«Il a été jeté en pâture, il était le coupable désigné avant même d'avoir pu s'expliquer, on l'a déclaré en fuite, on l'a sali, on a sali sa famille, on l'a souillé par des photos inacceptables», énumère Elisabeth Meyer. «Aujourd'hui, il est sous contrôle judiciaire, il veut réserver ses explications au juge. Le jour où nous parlerons, il l'aura choisi» insiste-t-elle.

12h55 - La Commission européenne appelle à traiter de manière égalitaire les éventuels candidats au rachat de la banque Société Générale, une critique indirecte du gouvernement français qui dit vouloir s'opposer à un raid hostile sur la société.

12h38 - Laurent Wauquiez, porte-parole du gouvernement, indique que tout «adossement» de la Société Générale devrait se faire «dans le cadre de l'intérêt de l'industrie bancaire française», lors du compte-rendu du conseil des ministres.

12h18
- Le ministre du Budget Eric Woerth affirme qu'il n'«y a pas de risque» d'un démantèlement de la Société Générale.

12h - Plusieurs centaines de salariés de la Société Générale rassemblent brièvement devant le siège de la banque à La Défense pour soutenir leur PDG Daniel Bouton.

10h13 -
L'ex-Premier ministre Dominique de Villepin critique «l'hystérie qui caractérise le traitement» de la crise à la Société Générale et estime que la question de la démission de son PDG est de «la responsabilité» du conseil d'administration.

10h06 -
Philippe Pruvost, l'un des deux administrateurs salariés de la Société Générale, déclare que le personnel va «faire corps» pour que Daniel Bouton reste à la tête du groupe. «Quand un navire coule, on ne jette pas le capitaine par-dessus bord», ajoute-t-il.

09h42 - Patrick Ollier (UMP), président de la commission des Affaires économiques de l'Assemblée nationale, a jugé préférable mercredi que Daniel Bouton ne quitte pas la direction de la Société générale «en pleine tourmente».

09h30: Ouverture du conseil d'administration au siège à la Défense

09h13 -
Le secrétaire général de la CGT Bernard Thibault estime qu'il ne «suffit pas» de changer le PDG de la Société générale pour modifier «la manière dont le système financier et bancaire est déconnecté de l'économie réelle».

8h23 -
L'Association des actionnaires salariés de la Société Générale a décidé de déposer une plainte contre X à la suite de la perte record de 4,82 milliards d'euros dévoilée la semaine dernière par la banque, selon un communiqué de l'association reçu mercredi.

7h - La journée de mercredi s'annonce décisive pour l'avenir de la Société générale et celui de son PDG Daniel Bouton, avec la tenue d'un conseil d'administration à 9h30.