La Cour des comptes prévoit un déficit public de 3,2% en 2017

ECONOMIE « Le rapport risque de ne pas être très bon », avait prévenu Gérald Darmanin, le ministre des Comptes publics...

V.V. avec AFP

— 

La Cour des comptes
La Cour des comptes — BERTRAND GUAY / AFP

L’objectif fixé par Michel Sapin, en avril, était d’atteindre 2,8 % du Produit intérieur brut (PIB). Michel Sapin n’est plus ministre des Finances. Et l’objectif ne sera sans doute pas tenu. Dans un rapport publié ce jeudi, la Cour des comptes prévoit un déficit public de 3,2 % du Produit intérieur brut en 2017. L’information a filtré alors que Didier Migaud, le président de la Cour des comptes, va présenter l’intégralité du rapport à 15h30.

Commandé par le Premier ministre Edouard Philippe et inséré dans le « rapport sur la situation et les perspectives des finances publiques », cet audit ne se base que sur les décisions publiques prises lors du quinquennat de François Hollande, et non sur les promesses de campagne d’Emmanuel Macron. Mais il devrait contraindre le gouvernement actuel à annoncer des mesures d’économies.

« Nous ne tiendrons pas nos engagements »

Le chiffre annoncé de 3,2 % n’est pas une vraie surprise. « Le rapport risque de ne pas être très bon », avait ainsi prévenu, mardi, Gérald Darmanin, le ministre des Comptes publics, à l’issue d’une rencontre avec Didier Migaud. « Si nous ne faisons rien d’ici la fin de l’année, nous ne tiendrons pas nos engagements », avait renchéri, Bruno Le Maire, ministre de l’Economie.

>> Economie: Bruno Le Maire détaille sa feuille de route à Bercy

Dans ce contexte, pour ramener le déficit public sous la barre des 3 % du PIB en 2017, conformément aux engagements européens de la France, et le réduire encore plus ensuite, le nouveau gouvernement devra mettre en œuvre des efforts d’économies « sans précédent », avertit la Cour des comptes dans son rapport. En 2017, cela « suppose de reporter ou annuler toutes les mesures d’accroissement de dépenses publiques non encore mises en œuvre, et de prendre des mesures d’économies supplémentaires portant sur toutes les administrations publiques », selon la juridiction financière.