Le tribunal désigne Gifi comme repreneur de Tati

LIQUIDATION Le tribunal de commerce de Bobigny a tranché ce lundi…

20 Minutes avec AFP

— 

L'enseigne Tati est menacée de fermeture (Illustration).
L'enseigne Tati est menacée de fermeture (Illustration). — A. GELEBART / 20 MINUTES

Le tribunal de commerce de Bobigny a tranché. Gifi a été désigné comme repreneur de Tati et des trois autres marques en difficulté d’Agora Distribution (groupe Eram). Pour les salariés de l’enseigne au vichy rose, des femmes en majorité, la décision du tribunal doit mettre fin à une période difficile à supporter. « Ça a été long, stressant et dur », résumait la semaine dernière à Bobigny, Male Papa (CGT). « Psychologiquement fatigant », insistait Fouzia Bekhedda (Seci-Unsa).

>> A lire aussi : Reprise de Tati. La maison mère Eram soutient officiellement l'offre de rachat de GPG (Gifi)

Placé en redressement judiciaire début mai, Agora Distribution (140 magasins et plus de 1 700 salariés au total), qui regroupe les enseignes Tati, Fabio Lucci, Gigastore et Degrif’Mania, a été mis en vente par son propriétaire Eram en mars. L’offre du groupe GPG, présidé par le fondateur des magasins Gifi, Philippe Ginestet, était en concurrence avec celle d’un consortium d’enseignes à bas prix composé de La Foir’Fouille, Centrakor, Stokomani, Maxi Bazar et Dépôt Bingo.

Une offre soutenue par les syndicats

Pour les syndicats CFDT, CFTC et Unsa, l’offre de Gifi était « incontestablement la meilleure », « loin devant le consortium ». Outre le nombre supérieur d’emplois repris, elle permet aussi d’éviter une « vente à la découpe », soulignent-ils. Lundi dernier, la CFDT avait d’ailleurs affiché la couleur, ses militants arborant des tee-shirts siglés Gifi, fabriqués pour l’occasion, et entourant Philippe Ginestet sous des vivats jusqu’à l’entrée du tribunal.

Les choses devraient aller très vite pour les salariés. Un accord sur le plan de sauvegarde de l’emploi (PSE), signé le 16 juin, prévoit pour ceux qui seront licenciés une somme moyenne de 10 000 euros, en fonction de l’ancienneté, au-delà de l’indemnité légale. L’offre doit toutefois permettre de sauver 1 428 emplois sur les 1 700 menacés, en conservant 109 des 140 magasins.