Une filiale de BNP Paribas avait poussé à la démission le frère de Jérôme Kerviel

BANQUE Selon Europe 1, il occupait un poste de courtier...

C. F.

— 

La banque présidée par Daniel Bouton s'apprêtait à annoncer un bénéfice net de 5,5 milliards d'euros pour 2007 quand ses équipes ont découvert samedi qu'un trader, Jérome Kerviel, avait réussi à déjouer seul tous les systèmes de contrôle de risque de la banque pour accumuler des positions cachées de plusieurs dizaines de milliards d'euros.
La banque présidée par Daniel Bouton s'apprêtait à annoncer un bénéfice net de 5,5 milliards d'euros pour 2007 quand ses équipes ont découvert samedi qu'un trader, Jérome Kerviel, avait réussi à déjouer seul tous les systèmes de contrôle de risque de la banque pour accumuler des positions cachées de plusieurs dizaines de milliards d'euros. — null AFP/Société Générale/Archives

Le frère de Jérôme Kerviel, le trader mis en examen dans le cadre de l’enquête sur une «fraude» massive à la Société générale, occupait également un poste de courtier pour une filiale de BNP-Paribas, selon Europe 1.

Contactée par 20minutes.fr, la banque a confirmé qu'il a bien eu un Olivier Kerviel travaillant à B-Capital, une société de bourse à destination des particuliers. «Il a démissionné il y a un an», précise la BNP.

Gérant de portefeuilles

Selon nos informations, Olivier Kerviel était gérant de portefeuilles et a dû démissionner après que des irrégularités ont été détectées, suffisamment tôt pour qu'il n'y ait pas de pertes.

Europe 1 affirme ce mardi qu'il aurait «pris des positions dans le dos de ses clients avant de détourner les plus-values». Une affaire qui n'aurait aucun lien celle de la Société Générale.

Ce mardi matin, plusieurs journalistes étaient toutefois postés devant son domicile du 8e arrondissement, espérant apercevoir son frère.