Macron s'engage à créer une «cellule de crise» sur les «conditions de la reprise» de GM&S

ECONOMIE Aucun repreneur ne s’est présenté à temps pour reprendre l’entreprise…

N. Se. avec AFP

— 

Le président Emmanuel Macron prend un bain de foule alors qu'il rend visite aux employés de l'équipementier GM&S, menacé de liquidation, à la sous-prefecture de Bellac (Haute-Vienne) le 9 juin 2017.
Le président Emmanuel Macron prend un bain de foule alors qu'il rend visite aux employés de l'équipementier GM&S, menacé de liquidation, à la sous-prefecture de Bellac (Haute-Vienne) le 9 juin 2017. — PASCAL LACHENAUD / AFP

Comment sauver l’entreprise creusoise ? Emmanuel Macron s’est engagé à mettre en place « une cellule de crise à l’Elysée », qui va « travailler activement à organiser les conditions de la reprise » de l’équipementier GM & S Industry menacé de liquidation, a annoncé vendredi un délégué CGT des salariés, a l’issue d’une rencontre avec le chef de l’Etat.

>> A lire aussi : Aucun repreneur ne s'est présenté à temps pour relancer l'entreprise automobile GM&S

La situation est critique. L’équipementier automobile, en redressement judiciaire, n’a fait l’objet d’aucune offre de reprise dans les délais, alors que la date limite des dépôts était fixée au mercredi 7 juin, à 17 heures, par le tribunal de commerce de Poitiers. De quoi désespérer syndicalistes et salariés.
Mais la cellule de crise est « d’ores et déjà opérationnelle », a précisé à des journalistes et aux salariés le syndicaliste, Vincent Labrousse, au sortir de la réunion avec Emmanuel Macron, à la sous-préfecture de Bellac (Haute-Vienne). La réunion a également convenu d’une rencontre vendredi prochain à Bercy avec le ministre de l’Economie Bruno Le Maire, les constructeurs automobiles (clients de GM & S), et des représentants des 277 salariés, pour un point sur le dossier, a-t-il ajouté. Des rencontres avec le gouvernement qui apaiseront peut-être un peu les salariés de l’entreprise, qui avaient menacé de faire exploser leur usine pour protester contre sa fermeture…