Bourses: Wall Street baisse, les places européennes réduisent leurs pertes

FINANCES Les marchés restent fébriles, notamment en Asie…

Avec agence

— 

L'accumulation de craintes sur plusieurs fronts - croissance américaine, crise financière, politiques monétaires - a transformé en "lundi noir" la crise de confiance qui couvait depuis des mois sur les marchés boursiers.
L'accumulation de craintes sur plusieurs fronts - croissance américaine, crise financière, politiques monétaires - a transformé en "lundi noir" la crise de confiance qui couvait depuis des mois sur les marchés boursiers. — AFP

Comme un air de reflux. La quasi-totalité des places boursières européennes ont terminé la séance de mardi sur un net rebond, à l'exception de Francfort qui a terminé sur un léger recul de 0,31%, loin de la dégringolade de 7,16% lundi. Mais Londres a progressé de 2,90% et Paris de 2,07%. Zurich, Amsterdam, Madrid et Milan ont également fini la séance largement dans le vert.

Mardi soir, Wall Street a clôturé en nette baisse, le Dow Jones perdant 1,06% et le Nasdaq 2,04%. Vers 18h, la place new-yorkaise était déjà en baisse de 1,50%, même si elle réduisait considérablement ses pertes après une ouverture en net repli. Vers 16h30, le Dow Jones lâchait 1,90% et le Nasdaq tombait de 2,64%. L'indice élargi Standard and Poor's 500 tombait lui de 2,15%.

La Fed intervient

Face à la peur d'un ralentissement économique mondial, la Réserve fédérale a décidé de baisser son principal taux directeur de 0,75 point de pourcentage, à 3,50%, prenant bonne note des risques accrus sur la croissance économique.

Ainsi, alors que l'ensemble des marchés européens ouvraient en net repli, la tendance s'est retournée sous l'effet conjugué de l'annonce de la Fed et de rachats à bon compte après les très fortes baisses de la veille.

Un ton rassurant en Europe

En Europe, le commissaire européen aux affaires monétaires, Joaquim Almunia, s'est lui aussi voulu rassurant, en affirmant qu'il n'y avait pas de risque de récession généralisée: «on ne parle pas d'une récession mondiale. On parle du risque d'une récession américaine».

La chute se poursuit en Asie

L'annonce de la Fed, trop tardive, fut sans effet sur les bourses asiatiques. Paniquées par les perspectives de récession aux Etats-Unis, gros client des exportations de la région, elles se sont pris les pieds dans le tapis: les baisses ont dépassé 5% à Tokyo, 7% à Shanghaï et 8,65% à Hong Kong.

Mexico se redresse

En revanche, la Bourse de Mexico, qui avait subi lundi une forte baisse de 5,35% à la clôture, a récupéré mardi avec une hausse de 6,36% en fin de séance.