Wall Street toujours dans le rouge

HEURE PAR HEURE Les bourses européennes, elles, repartent à la hausse...

M.A. avec agence

— 

La crise boursière s'est amplifiée lundi sur toutes les places mondiales dans la crainte de nouvelles pertes gigantesques pour le secteur financier et sous l'effet de la déception suscitée par le plan de relance annoncé par George W. Bush
La crise boursière s'est amplifiée lundi sur toutes les places mondiales dans la crainte de nouvelles pertes gigantesques pour le secteur financier et sous l'effet de la déception suscitée par le plan de relance annoncé par George W. Bush — Yoshikazu Tsuno AFP
18h07: La fédération générale des mines et de la métallurgie CFDT redoute «les retombées de la crise financière internationale» au moment où s'ouvrent des négociations salariales. Elle estime que cette crise peut toucher dans un premier temps les grandes entreprises puis dans un second, les «PME sous-traitantes des grands donneurs d'ordre qui ont souvent moins de moyens de résister à de telles crises».

18h05:
Dès l'ouverture, la Bourse de Sao Paulo chutait de 6 % et celle de Buenos Aires de 4,64 %.

18h: Le Bourse de Francfort
termine sur un très léger recul de 0,31% alors que la Bourse de Londres a progressé de 2,90%. Zurich, Amsterdam, Madrid et Milan ont également fini la séance largement dans le vert.

17h35: La Bourse de Paris a terminé en hausse, l'indice CAC 40 gagnant 2,07% à 4.842,54 points.

17h30: La Bourse de Londres
a terminé en forte hausse. L'indice vedette Footsie-100 gagne 161,90 points à 5.740,10 points, soit un rebond de 2,90% par rapport à lundi, où il avait essuyé sa plus forte baisse depuis les attentats du 11 septembre 2001 aux Etats-Unis.

17h20: L'indice vedette de la Bourse de New York, le Dow Jones, recule toujours avec une baisse de 1,21%.

16h30:
L'indice CAC 40 de la Bourse de Paris est en augmentation de 2,13%.

16h17: Wall Street
reste toujours en baisse. L'indice Dow Jones est à -2,99% et l'indice Nasdaq est à -3,11%.

16h10:
Force ouvrière estime que, «face à l'impuissance des pouvoirs publics et européens pour enrayer la crise financière, ce sont les salariés qui peuvent prendre l'initiative d'un plan de relance».
Pour le syndicat, c'est aux salariés de «prendre l'initative (d'un plan de relance), en revendiquant des hausses de salaires et l'augmentation de leur pouvoir d'achat, pour soutenir la consommation, la croissance et l'emploi».

15h50: La Maison Blanche
refuse de commenter les turbulences des Bourses mondiales et affirme ne pas «prévoir de récession» aux Etats-Unis.

15h35: Wall Street
plonge à l'ouverture: le Dow Jones lâche 2,81% et le Nasdaq 4,89% .

15h20: La Banque centrale européenne a catégoriquement rejeté l'idée du président Nicolas Sarkozy de constituer un gouvernement économique en zone euro, y voyant un moyen d'essayer d'influencer ses décisions sur les taux d'intrêt.
«Les récents appels en faveur d'un gouvernement économique sont motivés par une volonté d'établir une influence politique sur la BCE et pour affaiblir son indépendance», a affirmé Jürgen Stark, le chef-économiste de l'institut de Francfort.

15h08: Le patron des députés UMP, Jean-François Copé, estime qu'il ne faut «ni sous-estimer la crise» qui secoue actuellement les marchés boursiers mondiaux «ni surréagir». «Il faut rester vigilants sur la liquidité des marchés et avoir une exigence de modernisation de la gouvernance mondiale», a ajouté Jean-François Copé.

15h: La Bourse de Sao Paulo ouvre en hausse de 2,57%.

14h50: Le Bourse de Londres repasse dans le vert avec une augmentation de 1,38%. La Bourse de Madrid, elle, augmente de 1,05%.

14h30:
La Bourse de Paris repart à la hausse. Le CAC 40 gagne 1,03% après l'abaissement imprévu, par la Réserve fédérale américaine, de son taux directeur.

14h25:
Le premier secrétaire du Parti socialiste François Hollande demande qu'il y ait «un débat au Parlement très rapidement, avant les élections municipales, pour qu'on révise les hypothèses qui ont fondé la loi de finances, aujourd'hui totalement décalée par rapport à la réalité». Et d'ajouter: «il faut qu'il y ait rectification d'un certain nombre des choix macro-économiques parce qu'on voit bien qu'on ne peut rester sans réaction par rapport à ce qui vient de se produire.»

14h20: La Réserve fédérale américaine (Fed) a décidé d'abaisser de façon imprévue son taux directeur de trois quarts de point à 3,50% pour faire face à l'affaiblissement des conditions économiques et aux risques qui pèsent sur la croissance.

13h40:
Le président Nicolas Sarkozy affirme qu'il faut «garder beaucoup de sang-froid devant les conséquences d'une crise financière qui a lieu aux Etats-unis» et «mettre davantage de transparence dans le système financier international». Et le président d'ajouter: «je serai à Londres aux côtés de Gordon Brown et d'Angela Merkel pour faire un certain nombre de propositions qui permettront d'assurer cette transparence et de moraliser le capitalisme financier car une part trop belle a été faite à des comportements de spéculation au détriment des entrepreneurs».

13h15: La Bourse de Paris et la Bourse de Francfort perdent respectivement 1,28% et 1,51%.

12h48: La Bourse de Tel Aviv
a modérément suivi le mouvement de baisse international en perdant près de 2 %. L'indice TA 25, qui regroupe les 25 capitalisations les plus importantes en Israël, a baissé de 1,97 %. Les deux autres indices israéliens, le TA 100 et le TELTEC, ont respectivement perdu 2,7 % et 2,25 %.

12h45:
Le Premier ministre britannique Gordon Brown juge le Royaume-Uni «bien placé pour résister aux incertitudes économiques actuelles, mais le gouvernement sera vigilant et fera tout pour préserver la stabilité de l'économie».

12h35:
«Il n'y a aucune raison de croire à une récession en Europe ou en Allemagne», a affirmé la chancelière allemande Angela Merkel. «Les particuliers ne doivent surtout pas réagir hâtivement», a plaidé la chancelière dans un entretien à la radio.
Elle a assuré que l'économie européenne avait «un haut degré d'autonomie». «L'Europe joue un rôle de pôle de stabilité dans l'économie mondiale», a-t-elle encore déclaré.

12h25:
«Les marchés se reprennent sur des rumeurs d'action conjointe de la Fed, de la Banque d'Angleterre et de la Banque d'Australie, qui pourraient baisser fortement leurs taux d'intérêt», a expliqué à l'AFP un vendeur d'actions d'une grande banque européenne.

12h15:
La Bourse de Paris repart en hausse, le CAC 40 prenant 0,63%. Londres gagne 0,41%, Francfort abandonne 1,24% et l'Eurostoxx 50 0,27%%.

12h05:
«Les turbulences actuelles ne devraient pas conduire à une crise du crédit en Allemagne», estime le président de la Bundesbank, Axel Weber, dans un entretien à paraître jeudi dans l'hebdomadaire Focus Money.
«Il y a en Allemagne suffisamment d'établissements avec du capital disponible. Et les mécanismes de concurrence vont faire en sorte que les entreprises continuent à obtenir des crédits à des taux raisonnables», a-t-il déclaré.

12h: La santé de l'économie allemande et de la zone euro reste fondamentalement bonne, ont réaffirmé plusieurs hauts responsables allemands. «Il n'y a pas de raison de réviser les prévisions de croissance à cause de la crise boursière», a déclaré le ministre de l'Economie conservateur Michael Glos.

11h50:
La secrétaire nationale du PCF, Marie-George Buffet, accuse la ministre de l'Economie Christine Lagarde d'être «sur un petit nuage» et de méconnaître la gravité de la crise boursière, appelant à sortir du «tout-financier».
«Mme Lagarde a dit "tout va bien, Madame la marquise" mais ce n'est pas ce que disent les experts», affirme Marie-George Buffet. «Il faut changer la donne. Nous étions sur le tout-financier (...) Il faut revenir à une politique de développement industriel, une politique de salaire parce qu'il faut revenir à la consommation.»

11h45: La Bourse de Londres est de nouveau dans le rouge, atteignant -0,60%.

11h30: Les marchés européens
sont de nouveau dans le rouge, autour de -1%, excepté la Bourse de Londres qui augmente de 0,37%.

11h18:
Avec une augmentation de 0,86%, la Bourse de Londres est repassée dans le vert. La Bourse de Madrid a également augmenté de 0,10%, tout comme celle des Pays-Bas passé à 0,02% et de la Belgique avec 0,24%.

11h12:
Le ministre néerlandais des Finances Wouter Bos a souligné que «tout le monde est inquiet et surtout se pose des questions sur ce qui va se passer aux Etats-Unis, en se demandant si les interventions du gouvernement seront ou non efficaces».

11h05:
Le ministre slovène des Finances Andrej Bajuk, dont le pays assure la présidence de l'UE, a relativisé les risques pour l'économie européenne. «Nous sommes persuadés qu'avec ses fondamentaux forts, l'Europe peut faire face.»

11h: «On ne parle pas d'une récession mondiale. On parle du risque d'une récession américaine», a indiqué Joaquin Almunia, le commissaire européen aux affaires économiques et monétaires avant une réunion à Bruxelles des ministres des Finances de l'UE. «La question est de savoir comment les Etats-Unis vont éviter une récession. Les autorités américaines ont annoncé des mesures. J'espère qu'ils vont être capables d'éviter une récession, et dans ce cas je crois que le calme reviendra.»

10h55:
«Je ne perçois pas de danger d'un krach financier généralisé dans le monde», a affirmé Jean-Claude Juncker, le Luxembourgeois, président de l'Eurogroupe (forum des ministres des Finances de la zone euro). «Les Européens et la zone euro sont mieux placés que les Etats-Unis pour résister au ralentissement économique», a-t-il ajouté.

10h45: La Bourse de Londres repasse dans le rouge à -0,77%.

10h30:
La Banque centrale européenne, «toujours très inquiète des tensions inflationnistes, reste prête à aider les marchés monétaires via de nouvelles injections de liquidités si besoin», a déclaré Jürgen Stark, chef économiste de la BCE, dans un entretien à la radio Deutschlandfunk.

10h17: L'ancien Premier ministre Lionel Jospin se demande si la France a «une équipe sérieuse» à sa tête pour faire face à la crise financière mondiale. «On ne peut plus laisser ce monde fonctionner comme ça. Il doit être régulé et contrôlé. C'est ça qui me préoccupe aujourd'hui», a-t-il ajouté sur Europe 1.

10h15: La Bourse de Londres repasse dans le vert, l'indice gagne 0,57% à 5.609,90 points.

10h05:
Le commissaire européen aux Affaires économiques et monétaires Joaquin Almunia affirme que «la récession mondiale n'est pas envisageable», selon l'AFP. «Nous sommes vraiment inquiets de la situation sur les marchés», a-t-il ajouté. «Toutefois nous sommes persuadés qu'avec ses fondamentaux forts, l'Europe peut faire face.»

10h:
L'indice CAC 40 de la Bourse de Paris remonte légèrement pour atteindre -0,55%. La Bourse de Londres suit cette tendance avec -0,07%, tout comme celle de Madrid qui est à -1,86%.

9h25: La Bourse de Londres
ouvre en baisse de 3,21%.

9h20:
La Bourse de Paris continue sa baisse atteignant -4,88%.

9h14:
L'indice Ibex-35 de la Bourse de Madrid a ouvert en baisse de 3,95% à 12.427,3 points.

9h13:
La Bourse de Hong Kong a chuté de 8,65%, l'indice Hang Seng ayant terminé la séance à 21.757,63 points, dans le sillage de Tokyo et de Shanghai.

9h10:
L'indice Dax des trente valeurs vedettes de la Bourse de Francfort a ouvert sur une nouvelle forte baisse, de 3,88% à 6.526,99 points, contre 6.790,19 points points vendredi à la clôture.

9h05:
La ministre de l'Economie Christine Lagarde a appelé de nouveau les banques européennes à la «transparence» sur leurs comptes, pour «dissiper les doutes» et restaurer la «confiance». «C'est dans un climat de confiance qu'on peut continuer à avancer», a-t-elle ajouté.

9h: Le CAC 40 ouvre sur une nouvelle chute de 2,75%

8h08:
La Bourse de Shanghai clôture en très forte baisse plongeant de 7,22% à 4914,43 points.

7h32: La Bourse de Séoul
, qui a brièvement suspendu ses échanges en milieu de séance après une chute de 6,23%, clôture en baisse de 4,4%. L'indice KOSPI a perdu 74,54 points à 1.609,02 points.

7h21:
Après une heure de suspension, la Bourse de Bombay, en Inde, reprend ses échanges mais perd encore de plus de 6%.

7h:
L'indice Nikkei de la Bourse de Tokyo termine la séance sur une dégringolade de 5,65%. Il a fondu de 752,89 points à 12.573,05 points, terminant à son plus bas niveau depuis le 8 septembre 2005. Il avait déjà chuté de 3,86% lors de la séance de lundi.

6h26:
La Bourse de Sydney termine la séance de mardi en forte baisse de 7,1%, dans le sillage des autres places régionales.

6h15:
A la mi-séance, la Bourse de Hong Kong poursuit sa dégringolade : elle perd 8%, l'indice Hang Seng passant à 21.904,13 points.

5h45:
La Bourse de Bombay, en Inde, a suspendu ses échanges mardi après un plongeon de 9,75% à l'ouverture. Au même moment, la Bourse de Séoul, qui chute de 6,23%, suspend également ses échanges.

3h27: La Bourse de Taipei, dans le sillage des autres Bourses régionales, a ouvert en forte baisse mardi, cédant plus de 6% dans les premiers échanges, selon les courtiers.

3h16:
A la pause de 11h (locales), l'indice Nikkei de la Bourse de Tokyo plongeait de 4,41% à 12.738,31 points. C'est la première fois depuis octobre 2005 que l'indice chute sous la barre des 13.000 points.

3h13:
La Bourse de Shanghai suit le mouvement: elle perd 5,10% peu après l'ouverture, après une chute de 5,14% de l'indice de référence la veille.

3h11
: La Bourse de Hong Kong est aussi en chute : à l’ouverture, l'indice Hang Seng plonge de 5%.

2h30
: La Bourse de Singapour ouvre également en baisse, de 3,95%, après une dégringolade de plus de 6% la veille.

1h56
: La Bourse de Tokyo ouvre en baisse, mardi, avec une chute de plus de 4% de l'indice de référence qui passe sous la barre des 13.000 points pour la première fois en 26 mois.

Débat: et vous, qu'en pensez-vous ? Vous sentez-vous concerné ?