Lundi noir sur les marchés financiers

A. Benoit - ©2008 20 minutes

— 

Un vent de panique a soufflé sur la planète finance, hier. Dans la matinée, les Bourses asiatiques ont clôturé sur de fortes baisses, suivies dès l'ouverture par la dégringolade des places européennes. Dans l'après-midi, les marchés d'Amérique latine ont rejoint la danse. Seuls les Etats-Unis ont échappé à la débâcle, les Bourses étant fermées pour cause de jour férié. Explications.

· Qu'est-ce qui se passe ? Les investisseurs sont convaincus que la crise immobilière américaine va provoquer une récession. Ils ont réagi à plusieurs mauvaises nouvelles : les prévisions de pertes des banques la semaine dernière, le plan Bush pour la croissance jugé décevant, vendredi, et les difficultés d'Ambac, un géant de l'assurance financière.

· La récession est-elle certaine ? Non. Les marchés se basent sur la baisse des ventes en décembre, le recul des prix de l'immobilier et la diminution des chantiers. On devrait savoir dans trois semaines s'il y a eu un ralentissement au dernier trimestre 2007, et un recul de la croissance ne sera pas apparent avant mai.

· La France est-elle concernée ? Pas encore. Les indicateurs pointent un chômage en baisse et une consommation vigoureuse. La poussée de l'inflation, dopée par le pétrole et les produits alimentaires, n'a rien à voir avec les Etats-Unis. Seule crainte, les banques pourraient serrer la vis sur le crédit si la situation devenait trop tendue sur les marchés financiers.

Reste qu'une récession aux Etats-Unis tomberait mal au moment où le pétrole cher, le taux d'intérêt élevé en zone euro et la faiblesse du dollar pèsent sur l'économie. Un affaiblissement de la croissance en dessous de 1,8 % n'est pas exclu, auquel cas le chômage se stabiliserait, voire remonterait.

Sur www.20minutes.fr

Deux économistes analysent la situation