Les ministres européens des Finances au chevet de l’économie

PARIS Ils vont tenter d’élaborer une stratégie commune face à la crise financière qui secoue les marchés depuis l'été dernier...

Avec agence

— 

Les ministres des Finances français, allemand, britannique et italien se retrouvent jeudi à Paris pour tenter d'élaborer une stratégie commune face à la crise financière qui secoue les marchés depuis l'été et menace l'économie mondiale en 2008.
Les ministres des Finances français, allemand, britannique et italien se retrouvent jeudi à Paris pour tenter d'élaborer une stratégie commune face à la crise financière qui secoue les marchés depuis l'été et menace l'économie mondiale en 2008. — Michael Kappeler DDP/AFP/archives

Les ministres des Finances français, allemand, britannique et italien se retrouvaient ce jeudi à Paris pour tenter d'élaborer une stratégie commune face à la crise financière qui secoue les marchés depuis l'été dernier et menace l'économie mondiale en 2008.

Accorder leurs violons

Christine Lagarde, Peer Steinbrück, Alistair Darling et Tommaso Padoa-Schioppa seront rejoints par le commissaire européen aux Affaires économiques et monétaires, Joaquin Almunia, pour cette rencontre exceptionnelle des membres de l'Union européenne au G7, a-t-on appris auprès de Bercy.

Au menu des discussions: une revue générale des dernières données économiques pour tenter d'accorder les violons sur les réponses à apporter à la crise financière déclenchée par celle des «subprimes», les prêts immobiliers à risque américains.

Le plus dur sera pour les participants de dégager une position commune sur la transparence des marchés financiers et du secteur bancaire, sans parler de dispositifs de contrôle accru au niveau européen ou international.

A Bercy, on estime que pour sortir de la crise de confiance qui mine le secteur bancaire et laisse craindre une crise de liquidités, il faut que les pertes liées aux «subprimes» apparaissent plus nettement.

La France pour une coordination accrue

La France devrait donc se prononcer une fois de plus pour une coordination accrue au niveau européen, non seulement des contrôleurs bancaires mais aussi dans le secteur des assurances et des marchés financiers, afin de mieux communiquer sur les difficultés actuelles.