Guyane: Lancement d'une Ariane 5 ce jeudi, après un mois d’interruption

ESPACE Arianespace reprend ses tirs de fusée depuis son centre spatial à Kourou , longtemps bloqué par le conflit social en Guyane…

20 Minutes avec AFP

— 

Lancement réussi pour Ariane 5 en Guyane le 14 février 2017.
Lancement réussi pour Ariane 5 en Guyane le 14 février 2017. — CNES
  • Le PDG d’Arianespace chiffre à 500.000 euros par jour le surcoût occasionné pour la société et ses partenaires par les 45 jours de blocage.
  • Arianespace a toutefois maintenu son objectif de 12 lancements en 2017.

La société Arianespace reprend jeudi ses lancements avec le tir d’une fusée Ariane 5, retardé de 45 jours en raison du conflit social qui a touché la Guyane française.

Initialement prévu le 20 mars, le lancement de la fusée européenne doit permettre de placer deux satellites de télécommunications brésilien et sud-coréen sur une orbite de transfert géostationnaire.

« Tous les indicateurs sont au vert »

« Tous les indicateurs sont au vert », a indiqué mercredi Arianespace, interrogée par l’AFP. « Les opérations de transfert de la fusée de son bâtiment d’assemblage vers sa zone de lancement sont en cours ».

Le tir, qui doit s’effectuer depuis Kourou, avait été ajourné en raison d’un barrage érigé par des manifestants à quelques centaines de mètres du Centre spatial guyanais. L’accès au Centre spatial a été libéré le 22 avril, après plus d’un mois de blocage, permettant le redémarrage de l’activité et la préparation du lancement.

500.000 euros de pertes par jour selon Arianespace

Le décollage d’Ariane 5 est prévu jeudi dans une fenêtre de tir allant de 17h31 à 20h19 heure de Kourou (22h31 à 1h19 heure de Paris). La durée de la mission, du décollage à la séparation des satellites, sera d’environ 37 minutes.

Ce sera le quatrième tir de l’année pour la société française de services de lancement. Et le deuxième lancement d’une Ariane 5 en 2017.

Le blocage du Centre spatial pendant le conflit social qui a agité la Guyane pendant plus d’un mois a coûté cher à la filière. Au total trois lancements ont dû être reportés. Le PDG d’Arianespace Stéphane Israël a évalué à environ 500.000 euros par jour le surcoût occasionné pour la société et ses partenaires de la base.

L’objectif de 12 lancements en 2017 maintenu

Mais la société a réussi à reprogrammer rapidement les trois vols différés. Outre le tir d’Ariane 5 jeudi, la société prévoit le tir d’un Soyouz le 18 mai pour mettre en orbite un satellite pour l’opérateur privé SES. Et le 1er juin le lanceur Ariane 5 mettra en orbite deux satellites au profit des opérateurs ViaSat et Eutelsat. Arianespace a confirmé son objectif de réaliser 12 lancements en 2017.

Le conflit social en Guyane portait sur des revendications sécuritaires, économiques et sociales pour permettre le rattrapage de ce territoire français d’Amérique du Sud, touché par un important chômage et une forte insécurité.