« Sans durée légale, il n'y a plus de 35 heures »

Recueilli par Angeline Benoit - ©2008 20 minutes

— 

Fabrice Signoretto

Directeur de Forma-CE, organisme de formation et de conseil.

Pourquoi le Président maintient-il la durée légale du travail alors qu'il souhaite la fin des 35 heures ?

La fin des 35 heures serait en totale contradiction avec l'augmentation du pouvoir d'achat à travers les heures sup. Soit Sarkozy s'est trompé, soit il a lancé un ballon d'essai pour voir les réactions.

Que signifie vraiment la durée légale ?

C'est la référence (35 heures par semaine ou 1 607 heures par an) qui définit l'heure supplémentaire et le repos compensateur. Au-delà, les heures sont majorées et assorties de repos.

L'entreprise peut-elle y échapper ?

Non, mais depuis les lois Fillon, les heures sup sont moins chères (moins de repos compensateur) et sans contraintes (peu d'autorisations administratives). S'il paie, l'employeur peut faire travailler le salarié jusqu'à 48 heures par semaine comme partout en Europe.

Que peut-on encore modifier ?

En dehors de la durée légale, il ne reste rien des 35 heures. Le paiement des RTT est déjà possible, et avec la nouvelle loi sur le pouvoir d'achat, l'employeur n'aura même plus besoin d'un accord d'entreprise.

En décembre, Sarkozy évoquait une « exonération » de la durée légale. De quoi s'agit-il ?

La loi autoriserait l'entreprise à négocier la durée du travail avec ses syndicats. Par exemple, une semaine de 40 heures en échange d'une hausse de salaire. L'heure sup commencerait alors à la 41e heure, et non à la 36e, comme aujourd'hui.

sur www.20minutes.fr

Retour sur la polémique