Assurance chômage: Le patronat assure avoir «trouvé un accord» avec les syndicats

NEGOCIATIONS Les partenaires sociaux ont « trouvé un accord » sur l'assurance chômage, ce mardi soir, au terme de plus de douze heures de négociations avec les syndicats, a annoncé le patronat...

20 Minutes avec AFP

— 

Alexandre Saubot (à gauche), président de l’UIMM et Michel Guilbaud (à droite), président du MEDEF.
Alexandre Saubot (à gauche), président de l’UIMM et Michel Guilbaud (à droite), président du MEDEF. — JACQUES DEMARTHON / AFP

Cette fois-ci ce serait la bonne. au terme de plusieurs heures de négociations, le patronat a annoncé ce mardi avoir « trouvé un accord » avec les syndicats. « Nous avons trouvé un accord sur l'assurance chômage. Nous nous réjouissons que le dialogue social ait montré une fois de plus son efficacité », a déclaré à la presse Alexandre Saubot, chef de file de la délégation patronale.

>> A lire aussi : Le Medef se dit prêt à augmenter les cotisations patronales

Le patronat a partiellement cédé sur un point majeur de la négociation en maintenant pendant 18 mois la surcotisation sur les CDD d'usage, qu'il voulait au départ supprimer immédiatement en échange d'une légère hausse des cotisations chômage des employeurs.

Les négociateurs CFDT et FO ont jugé le texte « équilibré » et le défendront dans les jours qui viennent devant leurs instances, de même que celui de la CFTC. Celui de la CFE-CGC a « pris bonne note » des avancées concernant les cadres, tandis que la CGT a jugé « peu probable » de signer un texte « sexiste, anti-travailleurs pauvres et anti-vieux ».

« Vu le travail produit, je dirai (au secrétaire général de FO) Jean-Claude Mailly  que cet accord préserve les droits des demandeurs d'emplois », a affirmé Michel Beaugas, le négociateur FO. « S'il est signé au moins par quatre syndicats, ce sera un signal fort envoyé aux politiques, montrant que nous sommes capables de prendre nos responsabilités et ça n'était pas facile avec un chômage de masse », a-t-il estimé, ajoutant: « le paritarisme n'est pas mort ».