VIDEO. Malaisie: Vers l'achat de 18 Rafale pour un montant d'environ 2 milliards d'euros

DEFENSE L’avion de chasse français serait en concurrence avec le F-18 américain, le Suédois Gripen ou l’Eurofighter…

20 Minutes avec agences

— 

Photographie prise le 17 octobre 2014 par l'Armée de l'Air française d'un avion Rafale armés de bombes laser, en mission de reconnaissance au-dessus l'Irak.
Photographie prise le 17 octobre 2014 par l'Armée de l'Air française d'un avion Rafale armés de bombes laser, en mission de reconnaissance au-dessus l'Irak. — AFP PHOTO / ECPAD / EMA /ARMEE DE L'AIR

Alors que la Malaisie doit remplacer sa flotte de MiG-29 russes dans les prochaines années, le PDG de Dassault Aviation Eric Trappier a indiqué ce mardi que des discussions sur l’acquisition de l’avion de combat Rafale par Kuala Lumpur portent bel et bien aujourd’hui sur l’achat de 18 appareils pour un montant d’environ 2 milliards d’euros.

>> A lire aussi : Pourquoi le Rafale, ancien avion maudit, se vend désormais comme des petits pains (ou presque)?

« Il fallait d’abord démontrer que l’avion était le meilleur »

« Il n’y a rien de finalisé donc nous restons humbles devant les discussions qui restent à venir », a toutefois souligné le PDG de Dassault Aviation, en marge d’une visite du président François Hollande sur la base aérienne malaisienne de Subang, à la périphérie de Kuala Lumpur.

Le PDG assistait, avec le président de la République et des ministres de la Défense des deux pays, Jean-Yves Le Drian et Hishammuddin Hussein, à une démonstration en vol de l’avion de chasse français. « Il fallait d’abord démontrer que l’avion était le meilleur et il faut ensuite trouver les bons accords contractuels » ce qui est « en cours », a relevé Eric Trappier.

Acquérir le Rafale « le moment venu »

Le Premier ministre malaisien Najib Razak a, lui, confirmé un peu plus tôt ce mardi l’intérêt de son pays pour le Rafale, à l’issue d’un entretien avec François Hollande. A ses côtés, le président français a assuré que la France avait « confiance » en Kuala Lumpur pour acquérir le Rafale « le moment venu ». Reste que l’avion de chasse français serait en concurrence avec le F-18 américain, le Suédois Gripen ou l’Eurofighter.