Téléphonie mobile: Free lance le roaming illimité dans 35 pays

TELECOMS L'opérateur mobile avait entretenu le suspense avant l'annonce...

Nicolas Raffin

— 

Xavier Niel, fondateur de Free, le 10 mars 2015 à Paris
Xavier Niel, fondateur de Free, le 10 mars 2015 à Paris — ERIC PIERMONT AFP

La voici donc, cette nouvelle offre « qui ne [devait] pas plaire aux concurrents » selon les mots de Xavier Niel. Free a annoncé ce mardi matin une amélioration de son forfait à l’international : le roaming, c’est-à-dire le la possibilité d’utiliser un autre opérateur à l’étranger, sera désormais inclus dans ses forfaits, gratuitement et en illimité, dans 35 pays pour les appels et les SMS.

La zone couverte par cette nouvelle offre est vaste : elle concerne l’Europe ainsi que les Etats-Unis, le Canada, l’Australie, la Nouvelle-Zélande et l’Afrique du Sud. Concernant la connexion à l’Internet mobile, Free proposera 5 Go par mois à l’international. L’offre s’appliquera automatiquement sans surcoût aux détenteurs de forfaits à 15,99 euros ou 19,99 euros.

« Un bon coup marketing »

Selon Antoine Autier, responsable adjoint du service des études à l’UFC Que Choisir, cette annonce fait partie de la stratégie qu’adopte régulièrement Free, « qui est d’augmenter le contenu de son offre sans augmenter les prix ». Pour le spécialiste, « cette offre anticipe la réforme du roaming du 15 juin prochain en Europe ».

A cette date, les frais d’itinérance seront en effet normalement supprimés. L’Arcep, l’autorité régulatrice des télécoms, explique que les opérateurs ne pourront plus facturer de frais supplémentaires, dans la limite d’un « usage raisonnable ». « Même si les concurrents ont sûrement prévu de s’adapter, Free a été plus rapide qu’eux. C’est un bon coup marketing », observe Antoine Géron, expert télécom chez Polyconseil.

Un forfait pour expatriés ?

A qui s’adresse cette extension de Free à l’étranger ? Dans son communiqué, l’entreprise cite les travailleurs frontaliers, mais pour Antoine Géron, l’offre pourrait également intéresser les expatriés. « Dans la mesure où vous prenez un abonnement avec une adresse française, par exemple en le domiciliant chez un proche, vous pourriez ensuite utiliser ce forfait Free tout en habitant à l’étranger » observe-t-il.

En théorie, cela permettrait donc à l’opérateur d’étendre son marché dans des pays où il ne possède pas forcément de licence. Avec une limite de taille : « si vous habitez à Londres et qu’un ami britannique vous appelle, il pourra payer des frais supplémentaires car votre numéro sera considéré comme français » rappelle le spécialiste. De plus, Free a anticipé le mouvement : l'offre sera « réservée aux abonnés résidant ou justifiant de liens stables impliquant une présence fréquente et significative en France métropolitaine », précise l'opérateur

>> Lire aussi : «Roaming»: Utiliser votre mobile en Europe va vous revenir moins cher

Autre caractérisque à prendre en compte : l’accès à l’Internet mobile à l’étranger se fera via la 3G et non via la 4G, plus rapide. « Cela peut permettre de cibler des personnes qui n’ont pas forcément de gros moyens et qui veulent optimiser leurs factures » conclut Antoine Géron.