Une journée pour fixer l’agenda social d’une année

NEGOCIATIONS Le Président reçoit les partenaires sociaux à 15h à l’Hôtel de Marigny...

C. F. avec agence

— 

AFPTV

Changement de décor à l’Hôtel de Marigny. Après Mouammar Kadhafi et sa tente, le Président et le Premier ministre y reçoivent des interlocuteurs moins fantasques mais non moins délicats: les partenaires sociaux. Au menu, le fameux «agenda social» de 2008, annoncé par Nicolas Sarkozy le 29 novembre.

La «flexisécurité» au menu

Il s'agit du troisième temps fort de la semaine pour le gouvernement, après les négociations difficiles sur les salaires des fonctionnaires lundi et le début de l'examen par les députés du projet de loi sur le pouvoir d'achat, mardi.

L’objectif de cette nouvelle grand-messe sociale? «Donner davantage de flexibilité aux entreprises, et en même temps donner davantage de garanties aux salariés». En un mot, la «flexisécurité». A 15h, Nicolas Sarkozy et François Fillon reçoivent ainsi huit organisations syndicales et patronales (CGT, CFDT, FO, CFTC et CFE-CGC, Medef, CGPME et UPA), afin de fixer un calendrier de négociations pour l’année à venir.

Chantiers déjà engagés par les partenaires sociaux

Seront évoqués la modernisation du marché du travail (via le contrat de travail, ndlr), la conditionnalité des allègements de cotisations patronales, le travail du dimanche, la formation professionnelle et la lutte contre la pauvreté. Au programme, également, le dialogue social, avec la représentativité des syndicats, le financement et la place des conventions et des accords, notamment en matière de RTT.

Autant de questions sensibles, qui recouvrent parfois des chantiers déjà engagés par les partenaires sociaux eux-mêmes. Ces derniers s'étaient ainsi agacés de l'annonce de cette conférence au beau milieu des négociations sur la réforme du marché du travail. Dans une déclaration commune, ils avaient appelé l'Etat à respecter leur «autonomie» et à les laisser discuter sans intervenir.

Définir qui fait quoi

ll s'agit justement pour Nicolas Sarkozy de définir quelles sont les réformes qui donneront lieu à une négociation et celles qui seront élaborées par le gouvernement. «Nous verrons avec les partenaires sociaux qui fait quoi, dans quel cadre et selon quel calendrier», a expliqué Raymond Soubie, le conseiller social de l'Elysée dans «Le Monde» daté de lundi.

Loi Cet «agenda social 2008» répond en partie aux exigences de la loi du 31 janvier 2007, qui prévoit que les réformes concernant «les relations individuelles et collectives du travail, l'emploi et la formation professionnelle» fassent l'objet d'une concertation préalable avec les syndicats et le patronat «en vue de l'ouverture éventuelle d'une négociation».