Sexisme, discrimination, exploitation... Les cinq casseroles d'Uber en proie aux polémiques

ENTREPRISE L’entreprise fait face à des accusations de sexisme, de discrimination et à une fronde en France de ses chauffeurs…

O. G. avec AFP

— 

Uber a été forcé par les autorités d'arrêter son test de voitures autonomes à San Francisco.
Uber a été forcé par les autorités d'arrêter son test de voitures autonomes à San Francisco. — Eric Risberg/AP/SIPA

Série noire pour Uber. Sexisme, discrimination, soupçon de vol de technologies… Le service américain de réservation de voiture avec chauffeur peine à contrôler les dégâts suite à de nombreuses polémiques. Retour sur cinq affaires qui noircissent l’image d’une entreprise pourtant très en vogue.

Soupçon de vol de technologie

Dans la course aux voitures autonomes, Uber s’attaque à un géant de taille : Google. Enfin, Waymo, ancien Google Car, qui rassemble les travaux du groupe sur les voitures sans chauffeurs, les fameuses « Google Car ». Et la guerre est déclarée. Jeudi dernier, Waymo (ex-Google Car), a attaqué Uber pour vol de technologies, présent sur le créneau avec sa filiale Otto. Sa plainte, déposée jeudi devant un tribunal de San Francisco et consultée par l’AFP, affirme que « Otto et Uber ont pris la propriété intellectuelle de Waymo afin de pouvoir s’épargner le risque, le temps et les dépenses liés au développement indépendant de leurs propres technologies ».

Et l’affrontement entre Google et Uber sur le terrain des voitures autonomes remonte à la création d’Otto, créée l’an dernier par d’ex-salariés de Google. Waymo poursuit Otto et Uber pour vol de secret industriel et violation de brevet. La compagnie réclame un procès devant un jury afin de leur interdire d’utiliser ses technologies, ainsi que des dédommagements pour un montant non précisé.

Le litige porte plus particulièrement sur des capteurs lasers dits « Lidar », permettant à un véhicule de « voir » les voitures, piétons ou autres obstacles autour de lui, et dans lesquels Waymo affirme avoir investi « des dizaines de millions de dollars et des dizaines de milliers d’heures d’ingénierie ».

Culture sexiste

Dernier scandale en date et pas des moindres, Uber est touché par des révélations sur la culture sexiste, violente et débauchée qui régnerait au sein de l’entreprise. Tout est parti d’un blog où l’ingénieure Susan Fowler dénonçait le 19 février les luttes de pouvoir et le sexisme généralisé constatés au cours de sa « très, très étrange année chez Uber ».

Elle y raconte comment l’entreprise a fermé les yeux sur le harcèlement sexuel dont elle était victime de la part d’un supérieur, rendu intouchable par sa « performance élevée », tandis qu’elle-même était menacée d’une mauvaise évaluation si elle ne changeait pas de service. Susan Fowler dit qu’elle n’était pas un cas isolé, qu’on l’a découragée de signaler d’autres comportements sexistes, qu’on a bloqué sa promotion.

Uber a tenté d’endiguer l’incendie en annonçant une « enquête urgente ». Le New York Times a toutefois remis de l’huile sur le feu quelques jours plus tard avec une enquête sur la « culture professionnelle souvent débridée » chez Uber. L’article évoque des responsables qui lancent des injures homophobes ou menacent de frapper des subalternes sous-performants avec une batte de baseball, un séminaire à Las Vegas où des salariés sniffent de la cocaïne dans les toilettes et où un manager tripote les seins de ses collègues féminines (il a été licencié moins d’une journée plus tard, précise quand même le journal).

Et raciste ?

Alors qu’Airbnb et Starbucks ont réagi rapidement contre le décret anti-immigration, Uber a plutôt été critiqué… Son patron Travis Kalanick a même dû démissionner au début du mois de février d’un forum de chefs d’entreprises chargés de conseiller Donald Trump, suite à une première fronde d’utilisateurs critiquant sa réaction jugée trop tiède aux mesures anti-immigration du président américain.

Immigration: Le patron d'Uber ne conseillera plus Donald Trump

Autre problème : une étude de novembre 2016 dévoilait que les pratiques discriminatoires d’Uber. En effet, une étude du MIT, de Stanford et de l’université de Washington, a révélé que les femmes se voyaient imposer des trajets rallongés et plus coûteux… Et que les Noirs américains voyaient leur course deux fois plus souvent annulée.

Concurrence accrue et discrédit auprès des utilisateurs

Et à force, ces polémiques risquent d’écorner durablement l’image de la société. Le mot d’ordre #DeleteUber, lancé au début du mois de février sur Twitter et ravivé par le témoignage de Susan Fowler, est désormais entré dans les esprits. Ce hashtag invite les utilisateurs à effacer leur application pour montrer leur désaveu d’une société qui accepte une culture sexiste. Ainsi, cette internaute explique : « Uber, je t’ai supprimé lors du muslimban. Après la polémique #susanfowler, je ne reviendrai jamais ».

Un désamour qui pourrait se lire dans ses chiffres d’activité : l’affaire alimente en effet les appels à privilégier ses concurrents, au moment justement où ceux-ci redoublent d’efforts pour le détrôner.

Et Uber doit faire face à de nouveaux concurrents. Comme Lyft (pas disponible en France), qui propose aux Etats-Unis une course en voiture au prix d’un ticket de bus. Et en France, Uber doit également faire face à de nombreuses autres applications de VTC : Chauffeur Privé, Allocab, Lecab… Qui selon Le Figaro tirent profit des récents déboires d’Uber.

Fronde des chauffeurs

En France, justement, Uber fait face à une fronde… des chauffeurs également. Le bras de fer fait rage entre la direction et les chauffeurs, qui dénoncent depuis décembre leur paupérisation. Au manque de protection déjà bien connue s’ajoutent des tarifs revus à la baisse. Uber a imposé aux conducteurs à l’automne 2015 une baisse de 20 % de leurs tarifs. Et fin 2016, la société a augmenté sa commission prélevée de 20 à 25 %. Or après la location de la voiture, la commission, la TVA, l’essence et les bouteilles d’eau, beaucoup d’entre eux se retrouvent avec moins d’un smic pour vivre. Et certains de dénoncer une « ubérisation synonyme d’esclavage moderne », notamment dans le Huffington Post.

VTC en colère: Le modèle Uber est-il menacé?

Mais la direction semble avoir changé de stratégie. Elle a accepté mercredi dernier, pour la première fois, de discuter de sa politique tarifaire lors d’un prochain rendez-vous le 15 mars avec les représentants des chauffeurs de VTC. Mais pour le moment, la société n’envisage pas d’augmenter ses tarifs. En revanche, elle assure qu’elle aidera les chauffeurs les plus en difficultés. A savoir ceux connectés à l’application 40 heures par semaine minimum avec un chiffre d’affaires par heure inférieur à 21 euros.

Problème d’éthique, peur pour votre sécurité, lutte contre l’ubérisation de l’économie… Vous avez décidé de dire adieu à Uber, pourquoi ? Est-ce que les polémiques sur les conduites sexistes ou discriminatoires ont pesé dans cette décision ? Est-ce que les conditions de travail des chauffeurs vous inquiètent ? Vous pouvez nous envoyer vos témoignages à contribution@20minutes.fr. Les réactions les plus pertinentes et argumentées seront sélectionnées pour faire l’objet d’un article.​