Emploi: 23% des Français auraient refusé un poste ou une formation faute de moyen de transport

SONDAGE La proportion grimpe même à 43% chez les jeunes et dépasse 50% pour les individus socialement fragiles...

20 Minutes avec agences
Une rame du RER C (illustration).
Une rame du RER C (illustration). — SIPA

Près d’un Français sur quatre aurait déjà refusé un poste ou une formation parce qu’il ne disposait pas de moyen de transport pour s’y rendre.

La proportion grimpe même à 43 % chez les jeunes et dépasse 50 % pour les individus socialement fragiles (logés en foyer et gagnant moins de 1.000 euros par mois). De façon plus générale, 86 % de la population estime que les difficultés d’accès à la mobilité représentent un frein à l’emploi.


Transports trop peu développés

C’est ce qui ressort d’un sondage Elabe pour le Laboratoire de la mobilité réalisé auprès de 1.003 personnes début décembre et rendu public ce mercredi. Près de la moitié des sondés estiment les transports trop peu développés dans leur zone de résidence. Par ailleurs, 43 % affirment avoir « de temps en temps » des problèmes pour se rendre quotidiennement sur leur lieu d’étude ou de travail.

En outre, parmi les sondés, 37 % des non-titulaires du permis de conduire ont dû renoncer à un travail faute de possibilité de s’y rendre, contre seulement 17 % chez celles et ceux qui ont le permis. L’obtention concrète d’un poste n’est pas la seule perspective compliquée par le manque de mobilité.

Avant même le retour à l’emploi, 19 % des Français auraient en effet dû renoncer à se rendre à un rendez-vous « dans une structure d’aide à la
recherche d’emploi » ou à un entretien d’embauche à cause des transports.