Vivendi: Le groupe de médias français détient 12,32% du capital de Mediaset, l'empire Berlusconi

MEDIAS Fininvest, la holding des Berlusconi actionnaire à 35 % de Mediaset, a déposé plainte pour « manipulation du marché » contre le groupe Bolloré, qualifiant son entrée au capital « d’hostile »…

20 Minutes avec agences
— 
Siège de Vivendi à Paris, le 26 février 2013
Siège de Vivendi à Paris, le 26 février 2013 — ERIC PIERMONT AFP

Le groupe de médias français Vivendi a annoncé mardi avoir franchi en hausse le seuil de 10 % du capital de Mediaset, et détenir désormais 12,32 % du groupe de télévision italien.

Une opération dénoncée par la famille Berlusconi

Vivendi avait créé la surprise lundi soir en annonçant détenir 3,01 % de Mediaset et vouloir monter jusqu’à 20 % de son capital, une opération dénoncée par la famille Berlusconi, actionnaire majoritaire du groupe italien.

Après l’échec du projet de mariage annoncé en avril entre Mediaset et Vivendi, Vivendi tente donc un coup de force pour s’emparer de Mediaset, seule cible européenne accessible dans le domaine des contenus TV.

>> A lire aussi : Tension à son comble entre Mediaset et Vivendi

Le groupe de médias français confirme ainsi vouloir se renforcer dans le sud de l’Europe, en Italie et en Espagne, et persiste dans son projet de créer une plateforme de contenus audiovisuels du type d’un Netflix européen.

Berlusconi accuse Bolloré d’avoir rompu sciemment le mariage annoncé en avril

Le groupe italien a lui déjà commencé à organiser sa défense en accusant le groupe Bolloré d’avoir rompu sciemment le mariage annoncé en avril pour baisser la valeur de Mediaset et racheter ainsi les actions du groupe à vil prix. Fininvest, la holding des Berlusconi actionnaire à 35 % de Mediaset, a ainsi déposé plainte contre Vivendi devant les autorités boursières pour « manipulation du marché » contre le groupe de Vincent Bolloré, qualifiant son entrée au capital de « vraie escalade hostile ».

Le clan Berlusconi réclame à Vivendi 50 millions d’euros pour chaque mois de retard dans l’application du contrat. La première audience est fixée au 21 mars devant le tribunal de Milan.