CDI intérimaire: Plus de 11.000 contrats signés depuis 2014

EMPLOI L'objectif visé est de «20.000 contrats avant la fin de l'année 2017»...

20 Minutes avec agences
— 
Les déclarations d'embauches en CDI ont augmenté tout au long de l'année 2015, mais restent loin du niveau atteint en 2011
Les déclarations d'embauches en CDI ont augmenté tout au long de l'année 2015, mais restent loin du niveau atteint en 2011 — LOIC VENANCE AFP

Plus de 11.000 « CDI intérimaires », contrats permettant d’être embauché durablement par une entreprise de travail temporaire, ont été signés depuis leur entrée en vigueur en 2014.

>> A lire aussi : Le CDI intérimaire, ce nouveau contrat hybride qui commence à percer

La barre des 10.000 a été franchie début septembre, et, à ce jour, « plus de 11.000 CDI intérimaires ont été signés dans les bassins d’emploi », a précisé ce mardi Prism’emploi, l’organisme patronal du travail temporaire.

Avec un « CDII », le salarié embauché touche une garantie entre deux missions, payée par l’entreprise de travail temporaire, sans s’inscrire au chômage. A noter qu’un tiers de ces signataires « à la recherche de sécurité » ont, selon une récente enquête Prism’emploi/Institut Plus Consultants, moins de 25 ans, soit une part « plus importante que dans l’intérim classique (25 %) ».

Le « CDII » un « outil concret de flexisécurité »

Au rythme de « 800 contrats par mois », Prism’emploi espère atteindre l’objectif de « 20.000 contrats avant la fin de l’année 2017 » (soit un peu plus de 3 % des intérimaires) fixé dans l’accord de branche créant ces contrats, signé en 2013.

Pour rappel, en contrepartie de cet accord, le patronat de l’intérim avait été exonéré de la surtaxation des contrats courts instaurée par la réforme de juin 2013 sur la sécurisation de l’emploi. Deux ans plus tard, les « CDII » ont étéprioritairement adoptés par les grands groupes de travail temporaire mais, selon Prism’emploi, qui voit dans le « CDII » un « outil concret de flexisécurité », ces contrats commencent à être diffusés « de façon progressive dans les PME du secteur ».