Inflation, les indices de l'Insee virent au rouge

A. B. - ©2007 20 minutes

— 

idé

C'est confirmé, les étiquettes valsent. Nourrie par la hausse des prix des produits alimentaires et des produits pétroliers, l'inflation a atteint en octobre 2 % sur un an, son plus haut niveau depuis mai 2006, a indiqué l'Insee hier. Les matières premières agricoles et énergétiques seraient responsables de cette petite fièvre des prix, estiment les économistes. Et il n'est pas exclu que la tendance se poursuive.

« Couplé à l'augmentation régulière des loyers », de 3,5 % sur un an, le dérapage des dépenses d'énergie et d'alimentation va « nourrir la perception aiguë d'une perte de pouvoir d'achat par les ménages », analyse un économiste de BNP Paribas, Mathieu Kaiser. « Le retour de l'inflation va ronger la consommation » des ménages, le principal pilier de la croissance française, s'inquiète l'économiste en chef au cabinet Xerfi, Alexander Law. « Cela a potentiellement un effet négatif sur la croissance, mais il peut être amorti » par les réserves d'épargne des ménages, qui ont beaucoup augmenté, relativise le chef du département conjoncture de l'Insee, Eric Dubois.