Une femme seule sur la plage.
Une femme seule sur la plage. — Kypros/REX Shutterstock/SIPA

VOYAGES

Comment le tourisme pour célibataires se développe peu à peu

Meetic a lancé cet été des vacances en club dédiées aux célibataires...

Les vacances sont souvent synonymes d’angoisse pour les célibataires, qui redoutent de se retrouver entourés de familles ou de couples sur leur lieu de villégiature. Mais la donne est en train de changer pour eux, car l’offre touristique pour les solos s’étoffe d’année en année. Dernière nouveauté remarquée sur le créneau : le lancement cet été par le site de rencontres Meetic, de vacances en club pour célibataires.

>> A lire aussi : Partir en vacances avec Meetic, le bon plan pour trouver l'âme sœur?

Une tendance que confirme Didier Arino, directeur général du cabinet d’études Protourisme : « La France compte 18 millions de célibataires. Et alors qu’ils représentent 24 % des Français, ils ne sont que 16 % à partir. Ce qui montre bien qu’ils ont encore des réticences à voyager seuls et qu’ils représentent un créneau porteur pour les voyagistes », explique-t-il.

Clubs, circuits, randonnées…

« Mais pour l’heure, les séjours dédiés au solo restent l’apanage de petits voyagistes, qui exploitent cette niche », constate Guy Raffour, directeur du cabinet Raffour Interactif. Le tour-opérateur partirseul.com s’est ainsi lancé dans le créneau et ne le regrette pas, comme le confirme son fondateur Nicolas Namhias : « nous proposons une trentaine de voyages thématiques (randonnée, jazz, chant, aquarelle, ski…) par an à des petits groupes de célibataires (jusqu’à 16 personnes). Et chaque année, j’ajoute deux nouveaux voyages au catalogue pour répondre à la demande », explique-t-il.

Un succès croissant dont se targue aussi Sarah Lopez, cofondatrice de l’agence Les covoyageurs dédiés principalement aux célibataires : « en 4 ans nous avons fait partir environ 5.000 personnes et le nombre de nos clients double chaque année », affirme-t-elle. Ces derniers se sont ainsi offerts des circuits en groupe de 4 à 15 personnes, dans une des 30 destinations du catalogue. « Et comme on leur propose de partager une chambre à deux, ils n’ont pas de supplément single à payer », indique Sarah Lopez. Au final, il faut compter 500 euros pour un séjour d’une semaine en France et 1.000 euros en Europe.

>> A lire aussi : Vacances: Partir avec… soi-même

Autre signe que le marché touristique des célibataires est en plein développement : certains acteurs tentent de se démarquer en proposant des formules originales, à l’instar de Sylvie Laire, créatrice de Séjour Solo. Elle propose des formules en demi-pension pour célibataires dans un réseau de maisons d’hôtes. Ces derniers partagent un repas ensemble et des activités communes (culturelle, artistique, sportive, culinaire…) « J’ai démarré il y a cinq ans et j’ai de plus en plus de demandes. Sur les 22 séjours que je propose chaque année, 18 font le plein », détaille-t-elle. Une formule qui plaît aux voyageurs de tous âges selon elle : « certains n’osaient plus partir en vacances seuls et ont retrouvé par notre biais le moyen de s’offrir un séjour dépaysant et décomplexant », indique-t-elle.

Rapprocher les célibataires avant le voyage

Quant aux gros tour-opérateurs, ils rechignent encore à proposer des voyages estampillés célibataires, souligne Guy Raffour : « leur communication est surtout axée autour des couples et des familles, une clientèle jugée plus rentable », observe-t-il. Pour attirer les célibataires, le groupe TUI (Marmara) a cependant lancé en 2015 le site covacanciers.marmara.com, une plateforme qui permet aux personnes qui veulent partir en club, de se rapprocher avant le séjour. « Ce service marche bien et permet par exemple, aux célibataires de réserver une chambre à deux pour ne pas payer le tarif single », explique le voyagiste. Une aubaine car pour la plupart des séjours proposés par les tour-opérateurs, « les prix sont calculés pour deux et le célibataire paye au total 25 % plus cher que s’il était parti avec quelqu’un », souligne Didier Arino.

Quant à certains organisateurs de voyages, ils n’ont même pas besoin d’afficher une offre spéciale célibataires pour les attirer. C’est le cas de l’Union nationale des centres sportifs de plein air (UCPA) ou le Club Med dont la réputation n’est plus à faire auprès des solos. Le luxe absolu !