Radars: Le gouvernement table sur 25 % de recettes en plus en 2017

SECURITE ROUTIERE Les recettes issues du contrôle automatisé sur les routes pourraient passer de 672 à 844 millions d'euros...

20 Minutes avec agence

— 

Un radar automatique fixe sur une route nationale près de Nantes.
Un radar automatique fixe sur une route nationale près de Nantes. — JS EVRARD/SIPA

Voilà une nouvelle qui tombe en même temps que les derniers chiffres de la sécurité routière, avec une augmentation de 30,4 % des morts sur la route en septembre. Le gouvernement s’attend à une hausse de 25 % des recettes forfaitaires issues du contrôle automatisé en 2017, selon les chiffres du projet de loi de finances pour l’an prochain, rapportés par Les Echos.

844 millions d’euros de recettes en 2017 ?

Si cette année, 672 millions d’euros d’amendes devraient être récoltés, l’État devrait engranger 844 millions d’euros en 2017. Il s’agirait d’une recette record depuis l’installation à grande échelle des radars automatisés en France, en 2002, précise le quotidien économique.

Pour parvenir à ce résultat, il est prévu d’installer l’an prochain 150 radars, supplémentaires pour arriver à un total de 4.600 appareils au bord des routes. 4.700 sont prévus à l’horizon 2018, étape finale d’un plan décidé en 2015 pour améliorer les chiffres de la sécurité routière.

Radars double-sens, radars autonomes…

Cela fait en effet deux ans déjà que les chiffres des morts sur les routes sont en augmentation, après une baisse continue de douze années. En 2015, 3.461 personnes ont perdu la vie dans un accident de la circulation, soit 77 de plus qu’en 2014.

Le gouvernement a, en outre, prévu de revoir son dispositif. En plus des radars fixes standards, des radars fixes permettant de distinguer la vitesse des voitures de ceux des poids-lourds vont être déployés.

>> A lire aussi : Marché des radars automatiques: La justice ouvre une enquête pour «favoritisme»

Il est prévu d’installer également des radars double-sens et des radars autonomes. Ces appareils sont placés dans les zones de chantier, particulièrement accidentogènes. Enfin, les radars embarqués à bord des véhicules de police seront intégrés au dispositif. Objectif : ne pas dépasser les 2.000 morts par an sur les routes françaises d’ici à 2020.