Le tourisme de luxe parisien s’inquiète des conséquences de l’agression de Kim Kardashian

SECURITE Les palaces et magasins parisiens de grandes marques étaient déjà à la peine depuis les attentats de 2015…

Vincent Vantighem

— 

Braquée dans son hôtel particulier parisien, Kim Kardashian (ici à Paris le 29 septembre 2016), s'est fait voler pour 10 millions de dollars de bijoux, dont sa bague de fiançailles.
Braquée dans son hôtel particulier parisien, Kim Kardashian (ici à Paris le 29 septembre 2016), s'est fait voler pour 10 millions de dollars de bijoux, dont sa bague de fiançailles. — L.Vu/SIPA

La nouvelle saison de téléréalité de « l’Incroyable famille Kardashian » aura-t-elle Paris pour cadre ? C’est ce que craignent les professionnels du luxe parisien après l’agression, dans la nuit de dimanche à lundi, de la starlette américaine dans un hôtel de la rue Tronchet (Paris, 8e). « Cela risque d’avoir une influence énorme sur l’image de la France et de Paris en particulier, pense, à chaud, Mark Watkins, président du cabinet spécialisé dans le tourisme Coach Omnium. Des médias russes m’ont appelé et j’ai vu qu’il y avait une grosse couverture médiatique en Chine aussi. Tout le monde en parle… »

>> Les faits: Butin, agresseurs... Ce que l'on sait de l'agression de Kim K

Comme la Castafiore en son temps, Kim Kardashian s’est fait dérober ses bijoux. Et ce sont désormais toutes les grandes marques « à la française » qui craignent d’en payer le prix fort. « Le secteur du luxe parisien a été le premier touché après les attentats de 2015, rappelle Gérald Barbier, vice-président à la Chambre de commerce et d’industrie de Paris. Et ces difficultés se font toujours ressentir. »

Après la crue, les manifestations et les attentats…

Moins 10 % ? Moins 20 % de fréquentation ? Impossible de connaître les chiffres exacts mais le contexte terroriste pèse toujours sur les livres de comptes des grands palaces de la Capitale. Deux d’entre eux ont même dû carrément fermer des étages, cet été, faute de touristes.

Les forces de l'ordre face à des jets de pierre lors de la manifestation contre la loi travail le 14 juin 2016 à Paris
Les forces de l'ordre face à des jets de pierre lors de la manifestation contre la loi travail le 14 juin 2016 à Paris - ALAIN JOCARD AFP

« C’est bien simple, ils ne viennent plus !, déplore Thomas Mesmin, fondateur de la société PSMH qui prend en charge les riches clients fortunés des marques de luxe françaises quand ils visitent Paris. Vous avez eu la crue de la Seine, les manifestations contre la loi Travail, les attentats… L’agression de Kim Kardashian vient s’ajouter à tout cela… »

Les Chinois et les Saoudiens déjà touchés

D’autant qu’il n’est pas le seul fait divers à avoir frappé Paris ces derniers temps. Le 2 août, 27 touristes chinois ont tout simplement été détroussés devant leur hôtel de Gonesse (Val d’Oise). Les riches clients du Golfe se souviennent aussi de l’agression du convoi d’un prince saoudien, durant l’été 2014, au niveau de la Porte de la Chapelle.

>> Précédent: Un car de Chinois détroussés à Gonesse

« Comme les palaces parisiens sont fréquentés à 70 ou 80 % par des étrangers, tous ces événements ont une importance considérable », poursuit Marc Watkins. « D’autant qu’il s’agit d’une clientèle qui a les moyens et peut très bien décider au dernier moment de partir plutôt à Genève ou Barcelone », complète Gérald Barbier.

Paris est-elle plus sûre que le Bronx ?

La mairie de Paris l’a bien compris. Très rapidement après les faits de lundi, Anne Hidalgo, la maire (PS) a publié un communiqué pour dénoncer « un acte très rare, survenu dans un espace privé » et surtout qui « ne remet pas en cause la sécurité dans l’espace public parisien ». Fin septembre, elle avait dévoilé un petit film promotionnel vantant les mérites de la Capitale afin de relancer la fréquentation touristique.

« Il ne nous reste plus qu’à attendre de voir ce que Kim Kardashian va dire après son agression, explique Thomas Mesmin. Si elle dit que Paris est plus dangereux que le Bronx, le film de promotion ne servira à rien. Qu’on l’aime ou pas, cette femme est suivie par 160 millions de personnes sur les réseaux sociaux. »