Le chômage pourrait repartir à la hausse en 2017 (et dégrader les comptes de l’Unédic)

CHOMAGE Le taux de chômage passerait de 9,6 % en métropole mi-2016 à 9,4 % en fin d’année. Il monterait ensuite à 9,5 % fin 2017, selon les prévisions de l’Unédic dévoilées ce mardi…

20 Minutes avec AFP

— 

Illustration Pole Emploi (a Colomiers)..
Illustration Pole Emploi (a Colomiers).. — Alexandre GELEBART/20MINUTES

« L’effet du Brexit » et de la « stabilisation des contrats aidés » se font sentir. Après une baisse en 2016, le chômage devrait repartir légèrement à la hausse à partir de 2017 et aggraver la dette de l’Unédic, selon les prévisions financières de l’organisme publiées ce mardi.

Le gestionnaire de l’assurance chômage prévoit une baisse de 124.000 chômeurs en 2016 en métropole. Quelque 74.000 personnes ont déjà quitté la catégorie A (sans activité) de Pôle emploi depuis janvier et l’opérateur public devrait encore en voir partir 50.000 d’ici à la fin de l’année.

Des sombres perspectives

Mais leur nombre remonterait de 79.000 personnes dès 2017, prévient l’Unédic.

De son côté, le taux de chômage passerait de 9,6 % en métropole mi-2016 à 9,4 % en fin d’année. Il remonterait ensuite à 9,5 % fin 2017, stagnerait en 2018 et atteindrait de nouveau 9,6 % de la population active fin 2019.

>> A lire aussi : Pas de revalorisation des allocations chômage au 1er juillet

Ces sombres perspectives sont dues à un « ralentissement de la croissance », à cause des incertitudes liées au Brexit. Selon le consensus des économistes, sur lequel se base l’Unédic, la croissance ne serait que de 1,2 % en 2017 (contre 1,5 % prévu précédemment). Elle s’élèverait ensuite à 1,5 % en 2018 et à 1,4 % en 2019.

Cette « dégradation de conjoncture » se cumulerait, en outre, avec un « ralentissement des politiques publiques d’emploi ». Les créations nettes d’emplois (+109.000 en 2017, dont 76.000 dans le privé) ne suffiraient plus pour compenser la progression de la population active.

Déficit aggravé

La morosité attendue sur le marché du travail devrait avoir « d’amples conséquences sur les perspectives financières de l’Unédic », prédit l’organisme, dont la dette atteignait déjà 25,7 milliards d’euros fin 2015.

>> A lire aussi : Le système français de l'assurance-chômage est-il si avantageux pour les chômeurs?

L’Unédic devrait perdre 4,3 milliards en 2016, puis 3,8 milliards en 2017, pour une dette de 33,8 milliards d’euros à fin 2017. La dette atteindrait, par la suite, 37,8 milliards fin 2018 et 41,4 milliards d’euros fin 2019.

Le déficit cumulé de l’assurance chômage dépasserait ainsi largement les recettes annuelles du régime, qui tournent autour de 35 milliards d’euros en moyenne.

Ces prévisions sont nettement plus alarmistes que celles publiées en juin 2015 : l’Unédic prévoyait une dette de 35,1 milliards à fin 2018.