Crise du lait: Qui est le géant Lactalis et son patron milliardaire?

AGRICULTURE Les producteurs de lait se mobilisent contre le leader mondial...

C.A.

— 

Les éleveurs manifestent contre le prix versé par Lactalis (photo prise le 29 juillet 2016) AFP PHOTO / JEAN-FRANCOIS MONIER
Les éleveurs manifestent contre le prix versé par Lactalis (photo prise le 29 juillet 2016) AFP PHOTO / JEAN-FRANCOIS MONIER — AFP

C’est un véritable empire. Fondé en 1933, le groupe Lactalis est devenu en moins d’un siècle le leader mondial des produits laitiers. Le lait Lactel, les yaourts La Laitière, les camemberts Président et Lanquetot, le Roquefort Société, la feta Salakis (au bon lait de…) ou encore la mozzarella Galbani (pas si italienne en fait)… Toutes ces marques appartiennent au géant de l’agroalimentaire, critiqué par les producteurs de lait, qui le considèrent comme « le plus mauvais payeur ».

>> A lire aussi: Le torchon brûle entre les producteurs de lait et Lactalis

Fondée à Laval (Mayenne), la société y a installé son siège social, situé au fond d’une impasse. Devenue leader mondial des produits laitiers, la société se fait pourtant discrète sur le plan médiatique, à l’image de son PDG Emmanuel Besnier, invisible dans les médias et dont les salariés avouent ne « même pas connaître la tête ». C’est son grand-père, André Besnier, qui a amorcé l’histoire en se lançant dans la production de 17 camemberts dans les années 30, selon Ouest-France.

Porté par l’essor des Trente Glorieuses, le groupe Lactalis, alors appelé Besnier, va prendre son envol et débuter sa politique d’expansion basée sur le rachat de laiteries. Lactel dans les années 80, puis Bridel et Roquefort Société dans les années 90 font de l’entreprise familiale un géant, rebaptisé Lactalis en 1999.

Un chiffre d’affaires de 17 milliards

En 2014, le géant, qui n’est pas coté en bourse, affichait un chiffre d’affaires de 17 milliards d’euros grâce à ses 229 sites industriels implantés dans 43 pays. Lactalis fait travailler environ 15.000 personnes en France et 60.000 personnes ailleurs dans le monde. En 2011, le groupe est devenu leader mondial en absorbant Parmalat, le numéro un du lait en Italie, ébranlé par un immense scandale financier au début des années 2000.

En 2014, Lactalis a même mis les pieds en Inde, premier producteur mondial de lait, en prenant le contrôle de la société Tirumala. Le groupe réalise toujours 58 % de son chiffre d’affaires en Europe. Son patron Emmanuel Besnier se classait au 13e rang des plus grosses fortunes françaises établi par le magazine Challenges.

Le groupe a plusieurs fois été condamné par la justice, notamment dans le cadre d’enquête sur les ententes des industriels sur le prix du lait dans l’affaire du « cartel des yaourts ».