Free: l'arrivée de l'opérateur a contribué au développement des offres sans engagement

TELEPHONIE En quatre ans, la part des abonnements sans engagement est passée de 28 à 67,4 %…

20 Minutes avec agence
Xavier Niel, le fondateur d'Iliad, lors de la présentation des offres Free Mobile, le 10 janvier 2012.
Xavier Niel, le fondateur d'Iliad, lors de la présentation des offres Free Mobile, le 10 janvier 2012. — Jacques Brinon/NBC/AP/SIPA

Depuis l’arrivée de Free sur le marché de la téléphonie mobile français en 2012, la part de l’ensemble des offres représentée par les forfaits sans engagement a connu une très forte augmentation.

En effet, quand l’opérateur fondé par Xavier Niel a fait ses premiers pas dans le secteur, seuls 28 % des forfaits souscrits par les propriétaires de téléphones portables étaient libres d’engagement. Or fin juin 2016, la proportion était passée à 67,4 %, soit plus des deux tiers du parc total.


Une politique de prix bas

C’est ce qu’indique le tout dernier Observatoire du mobile publié par l’Autorité de régulation des communications électroniques et des postes (ARCEP). Le phénomène serait dû en grande partie à Free Mobile, dont l’arrivée a eu des effets directs et indirects, explique Phonandroid.

En effet, avant 2012, les offres sans engagement étaient plus chères que les autres, un constat que le nouvel opérateur a vite rendu obsolète avec sa politique de prix bas, démocratisant au passage les forfaits libres.

Des offres plus nombreuses et moins chères

Puis, dans un deuxième temps, les sociétés concurrentes ont elles aussi voulu être présentes sur ce segment, proposant à leur tour des offres similaires. Ces dernières sont ainsi devenues meilleures, plus nombreuses et moins chères, d’où leur prédominance actuelle sur le marché.