Nucléaire: protocole d'accord entre EDF et MHI

© 2016 AFP

— 

La branche réacteurs d'Areva est en cours de cession à EDF Lancer le diaporama
La branche réacteurs d'Areva est en cours de cession à EDF — ERIC PIERMONT AFP

EDF a signé mardi avec Mitsubishi Heavy Industries (MHI) un protocole d'accord visant à renforcer leur coopération dans le domaine du nucléaire, prévoyant notamment une possible entrée du conglomérat japonais au capital d'Areva NP, la branche réacteurs d'Areva en cours de cession à EDF.

Ce protocole d'accord prévoit "la participation potentielle de MHI, au titre de partenaire stratégique, dans la réorganisation du secteur nucléaire français, à travers l'acquisition d'une participation minoritaire dans le capital d'Areva NP", selon un communiqué diffusé à l'issue de la signature du document par les PDG d'EDF, Jean-Bernard Lévy, et de MHI, Shunichi Miyanaga, lors du salon mondial du nucléaire au Bourget, près de Paris.

Les deux sociétés prévoient également une collaboration d'EDF avec la coentreprise Atmea, détenue par MHI et Areva. Celle-ci se traduira notamment par la participation de l'électricien français dans le projet de construction d'une centrale nucléaire à Sinop, dans le nord de la Turquie, qui sera équipée de quatre réacteurs Atmea-1 de moyenne puissance conçus par cette coentreprise et exploitée par le français Engie.

EDF ne prévoit toutefois pas de participation capitalistique au projet. "C'est un travail d'ingénieur, de fournisseur de savoir-faire, impliqué dans la gestation de ce projet", a expliqué M. Lévy à des journalistes.

L'assistance à la maîtrise d'ouvrage portera principalement sur la préparation des opérations et la sûreté. "Dans le cadre de cette coopération, nous prévoyons que le réacteur de référence pour la sûreté de l'Atmea turc sera Flamanville 3", en cours de construction dans le département de la Manche, a expliqué le dirigeant.