La contrefaçon d’articles de sport coûte 500 millions d’euros chaque année en Europe

IMITATION La production européenne de produits sportifs, dont 15% vient de France, perd 2.800 emplois chaque année à cause de la contrefaçon…

20 Minutes avec AFP

— 

Des articles de contrefaçon saisis sur la braderie de Lille.
Des articles de contrefaçon saisis sur la braderie de Lille. — M.Libert/20 Minutes

A l’approche de l’Euro, les faux maillots de l’Equipe de France vont se multiplier dans les rues. Problème : la contrefaçon de produits sportifs coûte près de 500 millions d’euros à l’industrie européenne du sport et 2.800 emplois chaque année, a affirmé mercredi l’Union des fabricants (Unifab) à l’occasion de la Journée mondiale anti-contrefaçon.

>> A lire aussi : Les chiffres clés du marché mondial de la contrefaçon

Cette contrefaçon occasionne aussi la perte de 150 millions d’euros de recettes fiscales, a déclaré le président de l’Unifab, Christian Peugeot, en se référant au rapport de l’Observatoire européen des atteintes aux droits de propriété intellectuelle publié le mois dernier.

7,7 millions de produits saisis en France en 2015

Les grands événements sportifs, comme le tournoi de Roland Garros ou l’Euro de football qui débute vendredi suscitent l’apparition de nombreuses contrefaçons sur le marché. « Ces faux produits, qui fleurissent notamment aux abords des stades et qui dupent les consommateurs, comportent beaucoup de risques toujours plus importants, à la fois pour la santé et la sécurité », a déclaré le président de l’Unifab, en citant l’emploi de colles toxiques, de teintures allergènes, ou de matériaux pas aux normes. Les contrefacteurs « n’hésitent pas à voler les créations des entreprises et à arnaquer les consommateurs sans vergogne », a-t-il dénoncé.

La France, qui fabrique près de 15 % de la production totale des articles de sports de l’Union européenne, est ainsi concernée. En 2015, la Douane française a saisi 7,7 millions de produits contrefaits, dont plus de 460.000 faux articles de sport.

>> A lire aussi : Nicole Bricq: «La contrefaçon est massive, planétaire et prend de nouvelles formes»