RATP, SNCF, DGAC, Air France: Pourquoi font-ils (vraiment) grève?

SOCIAL Le retrait de la loi Travail est loin d’être la seule revendication des syndicats appelant à la grève dans le secteur des transports…

Céline Boff

— 

La grève à la SNCF le 25 mai 2016
La grève à la SNCF le 25 mai 2016 — EAN-SEBASTIEN EVRARD / AFP

Bien sûr, il y a la loi Travail. Elle semble cristalliser la colère des syndicats dans le secteur des transports. Pourtant, le retrait du projet de loi El Khomri est loin d’être la seule ni même la principale revendication des organisations syndicales. Ce sont avant tout des problématiques internes qui les poussent à demander l’arrêt du travail. Mais alors, que veulent vraiment ces syndicats ? 20 Minutes fait le point.

>> A lire aussi : SNCF et RATP: Le point sur les perturbations dans les transports

La SNCF

Quand débute la grève ? Ce mardi à 19h. Il s’agit d’un mouvement à durée « illimitée ».

Concerne-t-elle la loi Travail ? Oui mais seulement pour deux des trois syndicats qui appellent à cesser le travail. Concrètement, la CGT-Cheminots et SUD-Rail demandent le retrait du projet de loi El Khomri, mais pas l’UNSA-Ferroviaire.

Et sinon, quelles sont les revendications ? La direction et les syndicats de la SNCF sont en train de négocier une nouvelle organisation du travail des agents. La première la voudrait plus flexible, notamment sur les temps de repos des personnels roulants, mais ce week-end, elle a dû lâcher du lest. Le gouvernement lui a en effet mis la pression pour proposer un texte que la CFDT juge désormais « équilibré ». C’est d’ailleurs pour cette raison que le syndicat à renoncer à se joindre au mouvement de grève illimitée. L’UNSA-Ferroviaire pourrait en faire de même – une réunion est prévue ce jour pour en discuter. D’après les observateurs, le texte proposé par la direction – et soufflé par le gouvernement – maintient en fait la quasi-totalité des règles actuellement en vigueur à la SNCF.

La RATP

Quand débute la grève ? Ce jeudi. Comme à la SNCF, il s’agit d’un mouvement à durée « illimitée ».

Concerne-t-elle la loi Travail ? Oui mais l’appel à la grève est lancé uniquement par la CGT. Toutefois, un autre syndicat – SUD – appelle lui aussi à la grève illimitée, mais seulement à partir du 10 juin. Parmi ses revendications figure également le retrait du projet de loi El Khomri.

Et sinon, quelles sont les revendications ? Les salaires. La CGT exige la réouverture des négociations salariales annuelles alors que, pour la seconde année consécutive, l’indice salarial n’a pas été augmenté. « Par ce gel, l’entreprise bloque volontairement les augmentations générales pour mettre en place des primes (qui ne financent pas notre protection sociale), pseudo-compensations des dégradations des conditions de travail », estime la CGT. Qui prévient : « Si la direction reste arc-boutée sur sa position, nous n’avons pas l’intention de faire une trêve "événementielle" dans les semaines à venir, Euro 2016 inclus ».

Direction générale de l’aviation civile (DGAC)

Quand débute la grève ? Vendredi. Elle doit durer jusqu’à dimanche. Le mouvement est lancé par tous les syndicats.

Concerne-t-elle la loi Travail ? Non.

Et sinon, quelles sont les revendications ? Les contrôleurs protestent surtout contre les baisses d’effectifs et l’organisation du travail – notamment l’externalisation de certaines tâches. D’après les syndicats, les effectifs ouvriers hors ateliers sont passés de 850 en 2008 à 690 au 1er janvier 2016. Ce qui a des conséquences sur les possibilités de mobilité, avec un refus croissant des mutations, et sur le déroulement des carrières, le nombre d’avancements étant abaissé.

Air France

Quand débute la grève ? La date n’est pas encore arrêtée mais des actions devraient se tenir en juin.

Concerne-t-elle la loi Travail ? Non. Le mouvement à venir, voulu par les pilotes et plus particulièrement par ceux du SNPL, le syndicat de pilotes majoritaire à Air France, ne fait aucune référence au projet de loi El Khomri.

Et sinon, quelles sont les revendications ? Les pilotes protestent contre la baisse de leur rémunération, qui sera effective dès le 1er juin. La direction avait pris cette décision suite au refus des pilotes d’accepter de se soumettre à « Transform 2020 », nouveau plan de restructuration censé redonner de la compétitivité à Air France. Le SNPL n’est pas pressé d’agir : il a pour l’heure proposé aux autres syndicats d’Air France de le rejoindre pour lancer un combat plus vaste contre la « politique de délocalisation, de démantèlement et de réduction obsessionnelle des coûts » de la direction.